Les dirigeants du monde ne peuvent plus tourner le dos à la question des "pertes et préjudices" climatiques

Elizabeth Wathuti est une jeune militante écologiste kényane. Fondatrice de la Green Generation Initiative, elle est considérée comme l’une des jeunes femmes africaines les plus influentes par le "Time Magazine". Nous l’avons rencontrée à l’occasion d’un événement organisé récemment par le CNCD 11.11.11 à la Chambre des représentants pour débattre des enjeux des "pertes et préjudices" irréversibles provoqués par les dérèglements climatiques dans les pays les plus vulnérables.

Elizabeth Wathuti, climate activist from Kenia, adresses a press confernece at the open-cast mine Garzweiler in Luetzerath, western Germany on October 16, 2022. - German multinational energy company RWE plans to entirely demolish houses in the village of Luetzerath for coal mining. RWE also brought forward its exit from coal power to 2030 on October 4, 2022 amid fears the country's plans to abandon fossil fuels are wobbling following the energy crisis caused by Russia's war in Ukraine. Russia's curtailing of gas exports to Germany in the wake of the Ukraine war has forced Berlin to make the radical decision to restart mothballed coal power stations, at least temporarily. (Photo by Ina FASSBENDER / AFP)
Pour Elizabeth Wathuti, la Cop 27 constitue un test décisif pour reconstruire la confiance perdue entre pays du Nord et du Sud. ©AFP or licensors
Qu’attendez-vous de la Cop 27 ? Des résultats concrets...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité