La ministre fédérale de l'Environnement, de l'Energie et du Développement durable, Marie Christine Marghem a jugé, mercredi soir à Marrakech, "crucial" de conserver "l'esprit" qui prévaut depuis l'adoption de l'accord de Paris et a déjà permis des avancées concrètes dans la lutte contre le réchauffement climatique. Parmi ces progrès, la ministre a cité les "précieux succès" engendrés cette année au sein de l'Organisation de l'aviation civile internationale, de l'Organisation maritime internationale et du Protocole de Montréal relatif aux substances qui appauvrissent la couche d'ozone.

Cet esprit de Paris, "basé sur la confiance et la coopération", doit continuer à présider aux négociations en cours, notamment sur les questions-clef du financement climatique ou du renforcement des capacités des pays en développement, a plaidé la ministre dans son discours tenu dans le cadre du segment de haut niveau de la COP22.

Mme Marghem s'est ainsi réjouie que "le Comité de Paris sur le renforcement des capacités soit désormais mis sur pieds, entre autre pour faciliter la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national." La Belgique, a-t-elle annoncé, a lancé une initiative visant à soutenir les pays pauvres et les plus vulnérables à mettre en œuvre leur engagement pour le climat dans le cadre de l'accord de Paris.

La ministre a aussi souligné les mesures de la Belgique pour "opérationnaliser l'accord de Paris", par le biais du développement d'un pacte énergétique et d'un "plan national énergie-climat intégré" ou via le lancement d'un "débat national sur le prix carbone."

"Le train du multilatéralisme qui nous mène vers une société bas-carbone est en marche et je peux vous garantir qu'il ne pourra plus être arrêté", a conclu Mme Marghem, assurant que "la Belgique fera tout son possible pour encourager les efforts nationaux et internationaux des différentes parties de l'accord de Paris".



La Flandre ratifie en premier l'accord de Paris sur le climat

Le parlement flamand a approuvé cette ratification à l'unanimité, sous les applaudissements des députés, alors que se tient à Marrakech (Maroc) la 22ème conférence des Nations unies sur le climat (COP22).

Le député écologiste Johan Danen avait demandé que cette ratification soit traitée en urgence. Le parlement flamand est ainsi devenu la première assemblée belge à approuver l'accord de Paris. Considéré comme un traité mixte, il doit être approuvé par les parlements fédéral, des Régions et des Communautés, ce qui devrait vraisemblablement prendre encore quelques semaines.

La ministre belge de l'Energie, de l'Environnement et du Développement durable, Marie Christine Marghem, a affirmé mercredi à Marrakech tabler sur une ratification par la Belgique de l'accord de Paris pour le premier semestre 2017. Ce texte est entré en vigueur, avec une rapidité inédite, le 4 novembre dernier, 30 jours après avoir été ratifié par au moins 55 parties signataires représentant au moins 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Actuellement, 110 parties l'ont ratifié. Si l'Union européenne l'a ratifié selon une procédure collective accélérée, la Belgique, elle, n'a pas encore été en mesure de le faire. Le texte issu de la COP21, la conférence de l'ONU sur le climat qui s'est tenue à Paris il y a bientôt un an, vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre afin de contenir "bien en dessous" de deux degrés Celsius la hausse des températures moyennes mondiales.


Des technologies vertes wallonnes en vitrine à Marrakech

Le monde économique et les entreprises prennent de plus en plus de places en parallèle des conférences climatiques de l'Onu. La tendance se confirme à Marrakech où plusieurs entreprises wallonnes en profitent pour présenter leurs technologies innovantes et durables. Wallonie-Bruxelles international (WBI) a ainsi organisé à Marrakech, en marge de la COP22, un après-midi, sous l'égide du ministre wallon en charge du Climat, Paul Furlan, de présentation de "l'expertise wallonne" en matière de "technologies et solutions innovantes pour le climat".

Cet après-midi, qui a notamment abordé les savoir-faire wallons en éco-construction ou en matière d'efficacité énergétique, a été ponctué par la signature de trois accords de coopération. Une convention de collaboration a été nouée entre le cluster wallon Eco-Construction et l'association marocaine "Eco-construction et Architecture Durable" tandis que le cluster wallon CAP 2020 va collaborer avec son équivalent marocain "Efficacité Energétique des Matériaux de Construction".

Un accord commercial a en outre été signé avec une société marocaine par l'entreprise wallonne IQ Radiant Heating Glass, spécialisée dans le verre chauffant.

Enfin, la société wallonne Hélium 3 Architecture a été couronnée lundi d'un "Green Building Solutions Award" à la COP22 pour un projet de rénovation durable d'un bâtiment à Limelette (Brabant wallon). Cette rénovation a répondu à des standards énergétiques et environnementaux particulièrement élevés.