Les premières analyses effectuées en Egypte par la mission Scan Pyramids laissent entrevoir des découvertes potentiellement sensationnelles.

Tandis que les questions sur les causes de l’accident de l’avion russe dans le Sinaï (224 morts) n’ont toujours pas trouvé de réponses, d’autres mystères sont peut-être en passe d’être levés ailleurs en Egypte. La mission Scan Pyramids lancée fin octobre et à laquelle participe l’auteur de bande dessinée François Schuiten, a révélé plusieurs anomalies thermiques dans quatre grandes pyramides situées à proximité du Caire. C’est ce qu’a annoncé lundi Mahmoud Eldamaty, le ministre des Antiquités égyptien.

Drônes et particules

L’analyse thermique des pyramides a permis de détecter des variations parfois importantes de températures dans les différents monuments scannés. C’est le cas dans la grande pyramide de Khéops où un écart de 6 degrés a été constaté sur certains blocs de pierre situés au niveau du sol sur la face est de l’édifice. Difficile d’en tirer des conclusions pour le moment, mais ces variations thermiques pourraient indiquer la présence d’une ou de plusieurs salles encore inexplorées.

Deux autres techniques mettant en œuvre des drônes et des particules élémentaires appelées muons doivent permettre d’en savoir plus sur le ou les mystères que cachent encore les pyramides égyptiennes. La première permettra d’obtenir une cartographie en 3D du plateau de Gizeh avec une résolution jamais atteinte. La seconde devrait permettre d’en savoir plus sur la présence ou non de structures inconnues au coeur des différentes pyramides analysées.

Mystère Toutankhamon

Voici quelques jours, c’est dans la Vallée de Rois, en amont sur le Nil, que les mêmes équipements thermiques à infrarouges où été utilisés avec par l’équipe de Mehdi Tayoubi, le co-fondateur avec François Schuiten de l’instut HIP (Heritage, Innovation and Preservation). Avec des résultats là aussi encourageants. Il s’agit de vérifier l’hypothèse émise par Nicholas Reeves.

Selon cet égyptologue britannique, la tombe de Toutankhamon cacherait celle d’un autre défunt, en l’occurrence la reine Néfertiti dont le tombeau n’a jamais été découvert. Le scientifique se base sur des photos très haute résolution de la tombe du jeune pharaon. Celles-ci révèleraient des irrégularités sur l’enduit qui recouvre certaines parois. Il s’agirait de portes ayant été murées et conduisant vers des salles inexplorées.

Nicholas Reeves en est convaincu, Toutankhamon a été inhumé dans la précipitation dans une tombe qui ne lui était pas destinée suite à son décès prématuré. La sépulture qui l’a accueilli était en fait celle de Néfertiti.