L’Europe a connu ses années les plus chaudes au XXIe siècle : 11 des 12 ans les plus chauds ont eu lieu depuis 2000, selon le rapport du service Copernicus pour le changement climatique (C3S) sur l’état du climat en Europe.

L’année 2019 est, elle, la plus chaude jamais enregistrée sur le Vieux Continent. Le service C3S, mis en œuvre par le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme au nom de la Commission européenne, a publié mercredi son rapport annuel portant sur l’année 2019, la plus chaude jamais enregistrée en Europe. Elle est suivie de près par 2014, 2015 et 2018.

L’an dernier a connu trois périodes "exceptionnellement chaudes" en février, en juin et en juillet, "entraînant des températures records". La sécheresse estivale a "réduit la couverture végétale dans de nombreuses régions du continent" explique encore le rapport, même si l’automne a permis à certaines parties de l’Europe occidentale de s’en remettre.

Par contre, le mois de novembre a été l’un des plus humides jamais recensés, apportant des "précipitations jusqu’à quatre fois supérieures à la normale en Europe occidentale et du sud".

L’Arctique européen était "relativement plus froid" en 2019 que ces dernières années mais la tendance générale à la hausse se poursuit. La température de l’air dans la région, "tant sur la mer que sur terre", était supérieure de 0,9°C à la moyenne, précise le rapport. La canicule estivale a en outre provoqué une fonte record de la glace de surface au Groenland.

Sur le long terme, Copernicus observe "une nette tendance au réchauffement au cours des quatre dernières décennies".

Le rapport relève enfin que l’Europe n’avait plus connu autant d’heures d’ensoleillement que l’an dernier depuis au moins 1983. (AFP)