Quand la fonte des glaces permet de découvrir cinq nouvelles îles

Phénomène inquiétant conséquence du réchauffement climatique touchant notre planète, la fonte des glaces ne cesse de faire l'objet de vives discussions au sein du monde scientifique. Mais cette fois, c'est de façon plus positive que cette dernière a été abordée. En effet, ce mardi, la flotte russe a annoncé avoir découvert cinq îles dans l'Arctique. Pourquoi seulement maintenant? "La fonte de la glace, son effondrement et des changements de températures ont conduit à leur découverte", a détaillé le vice-amiral russe, Alexander Moseïev. Situées au large de l'archipel de la Nouvelle-Zemble, ces cinq langues de terre sont sorties de leur gangue d'eau et de glace, vraisemblablement en 2014. Mais il aura fallu attendre l'année 2016 pour qu'elles suscitent l'intérêt de chercheurs. C'est une étudiante, Marina Migunova, qui les remarque sur une imagerie satellite. La jeune chercheuse en ingénierie est interpellée par ces terres inattendues, mesurant tout de même pour la plus vaste quelque 54.500 mètres carrés.

Ce n'est seulement qu'en août 2019, qu'est envoyée une expédition comptant environ une soixantaine de personnes afin d'y voir plus clair. Y est découvert un véritable écosystème, des formes de vies diverses - telles que des algues, des végétaux, des ours et des phoques - ayant déjà pris d'assaut les différentes îles. Ces informations rapportées par le capitaine de l'expédition, également membre du service hydrographique, Alexei Kornis, sont toutefois nuancées par un glaciologue l'accompagnant. En effet, selon ce dernier, ce nouvel écosystème pourrait très vite disparaître étant donné la haute probabilité que ces cinq nouvelles îles sombrent à nouveau dans les eaux de l'Arctique. Pour le glaciologue, ces terres seraient peu stables en raison même de la fonte du glacier qui leur a pourtant permis de voir le jour.

Il s'agirait tout de même d'une véritable aubaine pour la Russie. La fonte des glaces permettrait ainsi au pays d'exploiter une voie commerciale qui leur était inutilisable auparavant. Mais qui plus est, ces nouvelles découvertes constituent un atout militaire. "Les Russes militarisent et tout au long de leur passage, ils mettent des installations ou ils réutilisent des bases", a expliqué Thierry Garcin, auteur de la Géopolitique de l'Arctique sur France Inter.