COP25: après un aller difficile, le voyage retour de Greta Thunberg ne se fera pas non plus sans encombre

COP25: après un aller difficile, le voyage retour de Greta Thunberg ne se fera pas non plus sans encombre
©ap
J.F.

Décidément, participer à la COP25 n'aura pas été de tout repos pour Greta Thunberg.

Son périple avait commencé cet été lorsque l'adolescente s'était rendue aux Etats-Unis en voilier. Entre autres rendez-vous, ce voyage devait surtout lui permettre d'assister à la COP25, initialement prévue au Chili. Malheureusement, ce pays ayant dû faire face à des manifestations de grande ampleur, il avait préféré renoncer à organiser l'événement. L'Espagne s'était alors portée volontaire en dernière minute, poussant Greta Thunberg à faire tout le voyage en sens inverse. "Il semble que j'ai traversé la moitié de la planète dans le mauvais sens...", concédait en novembre la jeune Suédoise cherchant désespéramment un moyen de se rendre à temps à la conférence pour le climat. 

Celle qui refuse catégoriquement de prendre l'avion pour limiter son empreinte carbone a heureusement pu compter sur sa bonne étoile. Un voilier lui a en effet proposé de l'emmener jusque Lisbonne. Après vingt jours en mer, Greta a donc débarqué le 3 décembre dernier dans la capitale portugaise, soit le lendemain du début de la COP25.

Malgré un timing serré, elle a donc pu faire passer son message et participer aux marches organisées en faveur du climat. 

La COP25 se terminant, il est maintenant temps pour la militante de retrouver son chez-elle. Malheureusement, le voyage de retour risque d'être, lui aussi, compliqué. Pour rentrer à Stockholm, Greta Thunberg doit passer par la France. Elle devra rejoindre Barcelone où elle embarquera dans un TGV direction Paris, Gare de Lyon. Elle sera donc impactée comme de nombreux Français par... la grève sur le rail, initiée pour s'opposer à la réforme des retraites voulue par Macron. 

Comme l'explique le Huffington Post, l'adolescente devra prendre son mal en impatience. Une fois arrivée à Paris, elle devra prendre les transports en commun (eux aussi concernés par la grève) pour rejoindre la gare de l'Est ou la gare du Nord. De là, elle devra prendre un TGV en direction d'Hambourg ou Amsterdam. S'il roule... Ce n'est qu'arrivée en Allemagne ou aux Pays-Bas qu'elle pourra prendre un nouveau train direction Stockholm sans mauvaise surprise... 

Un nouveau contretemps qui ne devrait toutefois pas chagriner Greta Thunberg outre mesure.