Des chercheurs lèvent le voile sur les origines de la domestication du chien

Des chercheurs lèvent le voile sur les origines de la domestication du chien
©SHUTTERSTOCK
Belga

L'analyse de la mâchoire de chiens primitifs et de loups a permis de confirmer que la domestication du chien remontait à la dernière période glaciaire, il y a 28.500 ans. Des chercheurs américains ont minutieusement examiné les traces d'usure sur les molaires de 19 mandibules de chiens primitifs et de loups exhumés à Predmostí, en République tchèque.

Les analyses révèlent l'existence de deux groupes. Les molaires des spécimens canidés présentent des sillons plus profonds. Les chiens rongeaient alors plus souvent des aliments durs comme des os. Les dents des loups présentent moins de traces d'usure.

Les chercheurs attribuent ce régime alimentaire différent à la domestication. "Les chiens vivaient avec les hommes et recevaient sans doute les restes de nourriture - les os et carcasses - de rennes et de bœufs musqués, par exemple. Les loups, eux, vivaient plus loin des hommes et mangeaient souvent de la nourriture tendre, comme des cadavres de mammouths et de chevaux", explique la paléontologue Mietje Germonpré (Institut royal des Sciences naturelles de Belgique), qui a collaboré à cette étude américaine publiée dans le Journal of Archaeological Sciences.

Selon elle, l'existence de loups domestiqués en République tchèque il y a 28.500 ans, même avant le pic de froid de la dernière période glaciaire, rend également plus plausible l'hypothèse selon laquelle le "chien de Goyet" est un chien primitif.

Ce chien, retrouvé dans les années 1860 dans la grotte de Goyet (près de Namur), âgé de 36.000 ans d'après les caractéristiques crâniennes, serait donc le plus vieux chien du monde.