Le secteur militaire européen ne participe pas suffisamment à l’effort de guerre climatique

Le secteur militaire reste un des plus énergivores. Une étude commandée par la Gauche unitaire européenne met en lumière qu’il est l’angle mort du Pacte vert. Des efforts sont entrepris, pas encore suffisants.

Le secteur militaire européen ne participe pas suffisamment à l’effort de guerre climatique
©Shutterstock
L’objectif de l’Union européenne d’atteindre la neutralité climatique à l’horizon 2050 et celui de réduire d’au moins 55 % les émissions de gaz à effet de serre (GES) en 2030 (par rapport au niveau de 1990) réclament la contribution de tous les secteurs de la société. Le secteur militaire devrait, lui aussi, participer...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité