Le gel et les récentes intempéries vont avoir des conséquences sur la production de cerises en Belgique

Selon le centre de recherche Fruitheelt de Saint-Trond, la récolte des variétés de cerises précoces a été partiellement chahutée cette année en Hesbaye.

placeholder
© pexels
belga

La combinaison du gel en avril et de la pluie de ces dernières semaines a fissuré les cerises qui n'étaient pas abritées. "Les variétés à floraison plus précoce ont un rendement plus faible puisque les conditions météorologiques n'étaient pas bonnes", explique Jef Vercammen, du centre de recherche Fruitheelt à Saint-Trond. "En avril, les conditions de floraison étaient mauvaises avec le gel. Les abeilles ne sont pas beaucoup sorties non plus. En mai et en juin, il a beaucoup plu, donc les variétés précoces, qui ne sont pas protégées par un abri, se sont fissurées. En fonction de l'importance des dégâts, les producteurs vont devoir réfléchir à la rentabilité de les cueillir ou non."

Les cultivateurs professionnels protègent souvent une grande partie de leurs cerises. "Leur situation est bien meilleure et ils ont vraiment le choix de cueillir ou non puisque seulement une partie limitée est endommagée", poursuit Jef Vercammen. "Les variétés plus tardives ne sont pas encore mûres et sont donc encore bonnes. En ce qui concerne les variétés principales, il faudra encore attendre quelques semaines. À partir de la semaine prochaine, il y aura un peu de cueillette. Quelques semaines peuvent faire la différence."