Ces déchets toxiques qui empoisonnent la Serbie : "J’ai peur qu’un petit Beyrouth ne survienne ici"

Depuis plus de vingt ans, la Serbie promet la mise en place d’une filière de retraitement de ses déchets dangereux… Alors que les stocks s’accumulent, les décharges illégales se multiplient, polluant les sols et les cours d’eau.

Ces déchets toxiques qui empoisonnent la Serbie : "J’ai peur qu’un petit Beyrouth ne survienne ici"
©D.R
Milica Cubrilo et Simon Rico
"J’ai peur qu’un petit Beyrouth ne survienne ici", souffle Dejan Zlatkovic. Le quinquagénaire habite Nis, la grande ville du sud de la Serbie, tout près de la friche d’Elektronska Industrija (EI), ancien fleuron yougoslave de l’électronique. "L’activité industrielle s’est arrêtée...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet