Le nord de Chypre se prépare à lutter contre une nappe de pétrole

Une nappe de pétrole formée à la suite d'une fuite d'hydrocarbures en Syrie menace toujours mercredi d'atteindre les côtes nord de Chypre, malgré les efforts engagés par les autorités chypriotes turques et un changement de direction du vent.

Le nord de Chypre se prépare à lutter contre une nappe de pétrole
©AFP
AFP

Selon un responsable de l'autoproclamée République turque de Chypre-Nord (RTCN), la nappe, qui se trouve à 28 km de ses côtes, n'a pas encore provoqué de dégâts.

Cette pollution est consécutive à une fuite d'hydrocarbures survenue la semaine dernière à la centrale électrique de Banias, ville de la côte syrienne, située à quelque 160 kilomètres de Chypre.

"Des accumulations séparées de pétrole ont été vues (dérivant) vers l'est et elles ont été collectées", a assuré le chef de la commission de crise de la RTCN, Hüseyin Amcaoglu.

Selon M. Amcaoglu, l'île pourrait être épargnée avec le changement de la direction du vent qui pousse la nappe vers la Syrie.

Mais pour la ministre du Développement et des Transports de la RTCN, Resmiye Canaltay, le risque d'une marée noire et de dommages pour l'écosystème marine demeure.

"La nappe a changé de forme, elle est désormais plus solide. Une partie s'est déposée sur le fond marin, risquant de provoquer des dégâts graves", a-t-elle averti mardi sur la chaîne publique chypriote-turque BRT.

Pour contenir la nappe, les autorités chypriotes turques ont demandé de l'aide de la Turquie, seul pays à reconnaître la RTCN.

Deux navires turcs capables de collecter le pétrole devraient atteindre vendredi la RTCN.

Pour de nombreux experts, une action commune avec la République de Chypre --membre de l'Union européenne et exerçant son autorité dans le sud de l'île-- s'impose.

"Ce n'est pas un problème qui concerne uniquement Chypre-Nord. Nous devons agir ensemble avec le Sud", a affirmé mardi Cemaliye Ozveren Ekinci, présidente de la Chambre des ingénieurs en environnement de la RTCN, à l'agence chypriote-turque TAK.

De son côté, la République de Chypre a dit mardi n'avoir "localisé" aucune trace de cette nappe, ni sur ses côtes ni dans les eaux sous son contrôle, affirmant néanmoins être prête à aider la RTCN à lutter contre toute pollution maritime.

"Nous n'avons reçu aucune information ni réponse de la part des autorités du régime illégal (la RTCN, ndlr), donc nous demeurons en alerte", a déclaré le ministre chypriote de l'Environnement, Costas Kadis, à l'agence de presse Cyprus News.

L'île est divisée depuis 1974 à la suite de l'invasion de la Turquie en réaction à un coup d'Etat de partisans d'une union de Chypre avec la Grèce. Sous perfusion financière de la Turquie, la RTCN contrôle le tiers nord de l'île.