Sept millions de morts prématurées par an : pourquoi la préservation de l'air que nous respirons se heurte à un colossal défi législatif

Des populations entières souffrent d’un air de mauvaise qualité partout dans le monde. Pour y remédier, un cadre législatif global s’impose. Un rapport de l’Onu dresse les carences actuelles en la matière. Et préconise quelques pistes.

Sept millions de morts prématurées par an : pourquoi la préservation de l'air que nous respirons se heurte à un colossal défi législatif
©AP
Tous égaux devant la qualité l'air que nous respirons ? Certainement pas, répond sans ambages une évaluation globale (internationale) des normes législatives encadrant ce droit fondamental. L'enquête, commandée par le programme des Nations unies pour l'environnement (Unep), et rendue publique ce jeudi, établit ainsi "qu'un tiers des pays du monde n'ont pas de normes légales de qualité de l'air extérieur" et que, "lorsque de telles lois existent, les normes varient...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité