Le président de la COP26 peine à retenir ses larmes au moment de valider l'accord: "Je suis profondément désolé"

Le Britannique Alok Sharma n'a pas pu cacher sa déception.

M.Ch

Dimanche après-midi, la décision était enfin actée du côté de la COP26. Deux semaines de négociations, pour les 200 délégations présentes à Glasgow, clôturées par un accord qui en a déçu plus d'un.

Et s'il y en a bien un qui a fortement exprimé sa déception, c'est Alok Sharma, le président de cette COP26. Alors que les décideurs avaient une journée supplémentaire pour finaliser cet accord qualifié de "crucial", Alok Sharma avait la larme à l'oeil. "Puis-je simplement dire à tous les délégués que je m'excuse de la façon dont ce processus s'est déroulé", a-t-il démarré après 15 jours de longues discussions.

Si l'accord était attendu le samedi après-midi, il aura finalement fallu attendre la soirée pour que l'annonce officielle de la COP soit entendue. "Je suis profondément désolé. Je comprends aussi la profonde déception", a-t-il déclaré non sans une certaine émotion avant de parler du positif. "Je pense que, comme vous l'avez noté, il est également vital que nous protégions cet accord."

En Belgique, nombreux sont les déçus. Notamment Jean-Pascal van Ypersele, qui dresse le bilan mitigé de la COP26.