Les abeilles belges victimes des pesticides : de nombreuses espèces sont menacées

Un note d’orientation réalisée à la demande du SPF.

Les abeilles belges victimes des pesticides : de nombreuses espèces sont menacées
©PAPEGNIES OLIVIER

Pas de surprise, mais une confirmation inquiétante. Réalisée à l'initiative du SPF Santé publique et Environnement, une note d'orientation publiée mardi confirme que les pesticides contribuent au déclin rapide des populations d'abeilles et d'insectes pollinisateurs en Belgique. Une tendance conforme à ce que de nombreuses études ont mis en évidence en Europe et ailleurs dans le monde.

Alors que notre pays compte quelque 370 espèces d’abeilles sauvages, nombre d’entre elles sont menacées en raison de la perte d’habitat liée à l’intensification de l’agriculture, au développement urbain et au changement climatique. L’utilisation à grande échelle de pesticides et d’herbicides, notent les auteurs, contribue à une mortalité directe et indirecte des pollinisateurs en affaiblissant leur immunité ou leur capacité à se reproduire, par exemple, ou en éliminant les fleurs sauvages et autres "mauvaises herbes" qui sont des sources de nourriture. Or, rien qu’en Belgique, ces insectes jouent un rôle essentiel dans la pollinisation de 11 % des cultures destinées à l’alimentation humaine.

Tandis que le gouvernement belge a adopté une attitude ambiguë dans le dossier du Sulfoxaflor, dont les effets délétères sur les abeilles sont démontrés, les auteurs recommandent de renforcer les analyses d'exposition aux pesticides et de leurs effets sur les pollinisateurs, d'assurer une gestion efficace des données et d'adopter des alternatives.