"L'abdication" des dirigeants mondiaux est "criminelle", dénonce Guterres après le rapport du Giec

Le Giec a dévoilé ce lundi le deuxième volet de son sixième rapport de synthèse dans lequel il pointe notre impréparation à faire face aux dérèglements climatiques.

AFP
"L'abdication" des dirigeants mondiaux est "criminelle", dénonce Guterres après le rapport du Giec
©AP

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a dénoncé lundi l'"abdication criminelle" des dirigeants mondiaux dans la lutte contre le réchauffement, en réponse à un rapport scientifique décrivant la "souffrance" de l'humanité frappée par les catastrophes climatiques. Ce rapport des experts climat de l'ONU (Giec) publié lundi "est un recueil de la souffrance humaine et une accusation accablante envers l'échec des dirigeants dans la lutte contre les changements climatiques", a déclaré M. Guterres, pointant du doigt en particulier les grands pays émetteurs.

"Près de la moitié de l'humanité vit dans la zone de danger - aujourd'hui et maintenant. De nombreux écosystèmes ont atteint le point de non-retour - aujourd'hui et maintenant (...) Les faits sont là, indéniables. Cette abdication de leadership est criminelle", a-t-il ajouté dans un message vidéo.

"Les coupables sont les plus grands pollueurs du monde, qui mettent le feu à la seule maison que nous ayons".

"Le rapport d'aujourd'hui met en évidence deux vérités fondamentales. La première est que le charbon et les autres combustibles fossiles étouffent l'humanité", a-t-il insisté.

"La deuxième vérité, un peu plus positive, est que l'investissement dans l'adaptation aux changements climatiques marche. L'adaptation sauve des vies".

Mais les financements, et les engagements pris pour renforcer l'aide aux pays en développement en matière d'adaptation, sont "clairement insuffisants", a-t-il regretté.

"Perdre du temps, c'est périr", a encore souligné le secrétaire général de l'ONU.

"Je sais que partout, les populations sont inquiètes et en colère. Je le suis aussi. Le moment est venu de transformer cette rage en actes."

"Un rappel que la crise climatique nous menace tous"

De son côté, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a déclaré que le nouveau rapport des experts du climat de l'ONU (Giec) constitue "un rappel que la crise climatique nous menace tous".

"Il démontre également pourquoi la communauté internationale doit continuer de prendre des mesures climatiques ambitieuses, alors même que nous faisons face à d'autres défis mondiaux impérieux", a souligné dans un communiqué le secrétaire d'Etat.