Le brome des Ardennes réintroduit à Ciney plus de 85 ans après sa disparition

Le brome des Ardennes, plante messicole disparue depuis 1935 ans, a été réintroduit dans une parcelle de 2 hectares d'épeautre à Leignon (Ciney), indique vendredi Natagriwal, l'asbl à l'initiative du projet.

Le brome des Ardennes réintroduit à Ciney plus de 85 ans après sa disparition
©BELGA

Cette plante, liée aux moissons, était abondante en Wallonie au 19e siècle. Il s'agissait de la seule plante endémique belge. Mais l'évolution des pratiques agricoles, à savoir le remplacement de la culture d'épeautre par celle de blé, la conversion des cultures en prairies pâturées et surtout l'amélioration technique du tri des semences céréales a conduit petit à petit à sa disparition totale des campagnes wallonnes et à l'extinction de l'espèce dans son milieu naturel.

En 2005, le Jardin botanique de Meise (ancien Jardin botanique national de Belgique) s'est lancé avec succès dans une expérience de germination du brome des Ardennes en laboratoire. Durant six ans, entre 2006 et 2012, environ 300.000 graines viables ont ainsi été récoltées par le Jardin botanique de Meise en vue d'une potentielle réintroduction dans la nature. "Notre volonté de réintroduire cette espèce est arrivée aux oreilles du Département Nature et Forêt (DNF) à qui la commune de Ciney venait justement de confier la gestion de plusieurs parcelles pour un usage favorable à l'environnement. Un appel d'offres avec cahier des charges a été lancé a l'attention d'agriculteurs", explique Julien Piqueray, responsable scientifique chez Natagriwal. Deux frères de Leignon, tous deux agriculteurs bios, ont ainsi été sélectionnés.

Un premier test a été réalisé dans une culture d'épeautre avec du brome épais, toujours présent dans la nature. "Quand on a vu que les conditions étaient réunies pour son développement, on a tenté l'expérience avec le brome des Ardennes en 2021. Cette plante sert essentiellement d'espèce parapluie, c'est-à-dire qu'au travers de sa préservation, une série d'autres organismes vont bénéficier des avantages de sa présence", poursuit Julien Piqueray.

L'ambition de Natagriwal est de réintroduire le brome des Ardennes dans d'autres cultures d'épeautre wallonnes dans les prochaines années. "Lorsque nous aurons toutes les garanties que cela fonctionne bien. Notre crainte, pour l'instant, est de voir l'un des deux bromes (épais et des Ardennes) prendre le dessus sur l'autre", termine Julien Piqueray.