Les Francofolies de Spa permettront la plantation de 3.706 arbres

Les Francofolies permettront la plantation de 3.706 arbres, grâce à l'application "Paybonsai" proposée aux visiteurs, lors de la dernière édition du festival, pour le paiement de leurs consommations, ont annoncé vendredi les responsables de l'événement musical.

Les Francofolies de Spa permettront la plantation de 3.706 arbres
©BELGA

Le nouveau système de paiement "Paybonsai" avait fait son apparition lors du festival des Francofolies qui s'est déroulé du 20 au 23 juillet dernier. Pour compenser les émissions de carbone, cette application de paiement s'était engagée à planter un arbre tous les dix paiements effectués via ses services.

Durant toute la durée du festival de musique, les visiteurs avaient été invités à payer leurs consommations via cette application belge éco-responsable, qui remplaçait le système de "cashless", qui avait fait son apparition en 2018.

"Paybonsai" misait sur la plantation de 10.000 arbres à l'issue du festival.

Mais les Francofolies ne permettront la plantation que de 3.706 arbres, l'équivalent de plusieurs hectares et 44 tonnes de CO2 économisés par an, selon ses responsables.

Le bilan de l'événement spadois, qui a attiré entre 120.000 et 130.000 visiteurs cette année, est donc moindre que celui escompté: 20% des festivaliers ont eu recours à l'application de paiement pour effectuer leurs achats sur le site, alors qu'en Flandre, sur le même type d'événement, 40% à 50% des personnes utilisent ce moyen de paiement, estiment les représentants de "Paybonsai".

"L'objectif n'a pas été atteint, mais il s'agissait d'une bonne occasion de présenter l'application et de se faire connaître. Le bouche-à-oreille a bien fonctionné et il n'y a pas eu de problème technique", ont commenté ces derniers. L'équipe de "Paybonsai", actuellement sur les lieux d'un autre festival, effectuera un bilan complet sur les Francofolies ultérieurement.

Un an et demi après son lancement, l'application a déjà participé à la croissance de plus de 150.000 palétuviers à Madagascar, ce qui représente déjà près de 2.000 tonnes de CO2 économisés par an, avaient indiqué ses initiateurs avant les Francofolies.