Comment le zoo de Planckendael repeuple l’Europe de vautours moines

En tant que coordinateur du Programme européen pour les espèces menacées (EEP) pour les vautours moines, le zoo de Planckendael a relâché de jeunes vautours moines dans la nature, indique-t-il lundi dans un communiqué.

Belga
Cinereous,Vulture,Aegypius,Monachus
©Shutterstock

Après la France et l’Espagne, le parc opère à présent un travail de conservation en Bulgarie. Trois oiseaux, dont l’un est né en Belgique, vont contribuer à la reconstitution des populations de vautours en Europe de l’Est. Le zoo de Planckendael espère qu’ils y élèveront leur propre progéniture d’ici quatre ans, renforçant ainsi la population.

Le parc possède une volière matrimoniale permettant la libre formation des couples et depuis 2018, un centre d'élevage en coulisses. "Une fois qu'il y a eu suffisamment de naissances dans le cadre du programme d'élevage pour garantir une population reproductrice au sein des zoos, on peut relâcher des jeunes vautours dans la nature. Cette année, trois volatiles sont concernés : un de Malines et deux de République tchèque", explique la curatrice des oiseaux, Marleen Huyghe.

Le lancement d’un projet de réintroduction est risqué et le taux de mortalité des jeunes oiseaux élevé, il peut atteindre 70 %, souligne le parc. Ils peuvent être la proie de chacals, empoisonnés, victimes d’accidents ou même abattus. Leur habitat se réduit en outre d’année en année. Les grands vautours vivaient jadis sur un territoire en Europe allant de l’Espagne aux Balkans, à la Grèce du Nord et dans de grandes parties de l’Asie. Aujourd’hui, leur "ceinture" est fragmentée et le but est de restaurer celle-ci par des réintroductions.

L’objectif ultime du programme d’élevage est de revoir les vautours moines voler dans leur aire de répartition naturelle en Europe méridionale avec des populations naturelles et autonomes. Les oiseaux relâchés ont été préalablement pucés afin que les collaborateurs sur le terrain puissent les suivre mais aussi leur venir en aide en cas de détresse physique.

Pour que les animaux puissent s’imprégner de leur nouveau site, ils séjournent d’abord un mois dans une grande volière. Au bout d’un mois, la volière est ouverte et les oiseaux prennent leur envol.