Une étude révèle que des sites archéologiques d'Amérique centrale sont fortement pollués en raison de certaines pratiques mayas

Certaines anciennes cités mayas présentent des niveaux dangereusement élevés de pollution au mercure.

Une étude révèle que des sites archéologiques d'Amérique centrale sont fortement pollués en raison de certaines pratiques mayas
©Shutterstock

Sur les sites archéologiques associés aux Mayas d'Amérique centrale, des chercheurs ont révélé que 7 monuments sur 10 laissaient paraître des niveaux toxiques assez inquiétants en raison d'une forte présence de mercure. Une étude publiée le 23 septembre dans la revue Frontiers in Environmental Science rapporte que les Mayas allaient chercher du mercure près des sources chaudes ou sur des zones volcaniques à des fins décoratives et religieuses en raison de son caractère sacré.

Duncan Cook, géoarchéologue australien et auteur principal de cette étude précise que les Mayas avaient une préférence pour le cinabre, un crystal rouge très prisé pour le dessin qui est un sulfure naturel de mercure ayant l'apparence du sang. Ils l'utilisaient principalement dans le cadre des rites et cérémonies. Très répandue pendant plusieurs siècles, l'utilisation du mercure laisse encore apparaître des traces toxiques enfouies dans les sols. Les archéologues qui travaillent sur ces lieux ont d'ailleurs été invités à enfiler des combinaisons de protection tant le mercure y est présent en fortes quantités.

« La pollution au mercure dans l'environnement se trouve généralement dans les zones urbaines et les paysages industriels contemporains. Découvrir du mercure enfoui profondément dans les sols et les sédiments des anciennes villes mayas est difficile à expliquer, jusqu'à ce que nous commencions à considérer l'archéologie de la région qui nous dit que les Mayas utilisaient du mercure pendant des siècles » a déclaré Duncan Cook.

Ce phénomène de toxicité dans les anciens sites mayas avait déjà été mis en avant dans le cadre d'une étude publiée par Scientific Report en 2020. L'étude s'était concentrée sur l'ancienne cité maya du Tikal au Guatemala dont les taux de mercure avaient contaminé les réservoirs d'eau potable.