Des centaines de militants mènent une action de blocage contre les sites Total Energies de Feluy et Liège

La coalition citoyenne Code Rouge a lancé ce samedi matin une action de désobéissance civile contre Total Energies. Nous avons suivi les premières heures de l'action.

Depuis 7h ce matin, des centaines de citoyens membres de la coalition Code Rouge rejoignent différents accès et points stratégiques du site Total Energies située à Feluy et à proximité de Liège dans le but de paralyser totalement l’infrastructure. En organisant cette action de désobéissance civile de masse, les organisateurs ont pour objectif d’exiger la sortie des énergies fossiles et de pointer du doigt la responsabilité de l’industrie des énergies fossiles dans la crise climatique et sociale.

"Les citoyen·nes impliqués dénoncent le désastre climatique, social et humain engendré par les activités d'entreprises comme Total Energies", peut-on lire dans le communiqué envoyé par Code Rouge ce matin. La coalition dénonce également les "profits faramineux" réalisés "dans un contexte de crise sociale et climatique profonde, où les familles ne savent plus payer leur facture d'énergies".

Contacté par La Libre Belgique à la veille de l'action, Total Energies a assuré "respecter pleinement le droit de manifester et la liberté d'expression". "Les autorités comme les organisateurs sont informées du caractère sensible de nos sites. La sécurité des personnes, salariés, riverains et y compris des manifestants est notre priorité ainsi que la sûreté de nos installations", déclare le porte-parole de l'entreprise, qui précise que la vigilance a été renforcée sur les sites belges en prévision de l'action et que Total Energies déplore "toute forme de violence qu'elle soit verbale, physique ou matérielle".

L'entreprise s'est également défendue face aux accusations de Code Rouge, assurant qu'il était "absolument faux de soutenir que le risque climatique a été ou est ignoré par Total Energies". Elle dément également faire appel à des techniques de greenwashing. "La compagnie affirme son ambition d'être un acteur majeur de la transition énergétique et d'atteindre la neutralité carbone à horizon 2050, ensemble avec la société", poursuit le porte-parole.

Appel aux autorités

Cette action de désobéissance civile est également un appel aux autorités belges. "Au lieu de pointer du doigt les responsabilités individuelles et les citoyen·nes, les autorités belges doivent s'en prendre aux vrais responsables de cette crise. Les entreprises de l'industrie des énergies fossiles doivent payer pour financer une transition juste, qui nous sorte des énergies fossiles, et qui doit être amorcée de toute urgence", assure Code Rouge dans un communiqué.

>> Lire aussi : "Comment se prépare une action de désobéissance civile ? Dans les coulisses de Code Rouge" <<

Revivez les premières heures de l'action :

13h : La situation ne dégénère pas

Karaoke improvisé, parties de frisbee, lecture ou sieste : tout est bon pour s’occuper pendant les heures à venir. Les activistes de Code rouge respectent le consensus d’action et la situation ne dégénère pas. Le reste du blocage s’annonce calme.

Nous allons donc arrêter notre direct ici ! Merci de nous avoir suivis pendant les premières heures de cette action.

12h30: De l’autre côté du site, tout se passe bien

12h20: La coalition Code Rouge emploie les grands moyens. Des vélos mais aussi des... kayaks ont été déployés

Des centaines de militants mènent une action de blocage contre les sites Total Energies de Feluy et Liège
©Code Rouge / Eric De Mildt


12h10: Total Énergies réagit à la manifestation

"La manifestation est bien encadrée par les forces de l'ordre et aucune tentative d'intrusion sur des installations dans des zones dangereuses n'a été notée", indique l’entreprise, ajoutant que la situation est sous contrôle. Selon le porte-parole, aucun problème n’est à craindre sur le réseau belge. "Nous avons anticipé le service à nos clients pour que les stations soient correctement approvisionnée. Il n'y a aucun problème de disponibilité de produit pour les automobilistes dans les stations TotalEnergies en Belgique."

11h55: les militants s'organisent


11h10: les coulisses de l'opération

Des centaines de personnes se sont réunies à Feluy et Wandre pour participer à une action de désobéissance civile organisée par Code rouge, une "nouvelle plateforme d'action initiée par des citoyen·ne·s, des étudiant·e·s, des élèves, des grands-parents". Ce blocage du site de Total Energies est un événement quasi inédit en Belgique. Comment se prépare une telle action ? La Libre vous emmène dans les coulisses de Code rouge.

10h55: les manifestants prennent patience à quelques centaines de mètres


10h45: la police bloque l'entrée du site


10h20: les militants dénoncent les profits importants du groupe TotalEnergies et placardent des factures d’énergie

Quelques arrestations ont eu lieu, "mais très peu", nous dit-on du côté de l’organisation. "On parle de quelques personnes."

9h45 : 1000 manifestants selon les organisateurs

Code rouge annonce que 1000 personnes participent à l’action de désobéissance civile sur les sites TotalEnergies de Feluy et Wandre.

9h35 : A Feluy, les groupes commencent à s'installer

Les groupes poursuivent leur avancée vers le site. Certains restent sur la route, d’autres commencent à s’installer sur les rails de trains. Le finger gold a atteint son objectif.


8h55 : Un deuxième site visé par Code Rouge

Contrairement à ce qui était annoncé depuis plusieurs semaines par les organisateurs, l’action vise deux sites de l’entreprise. Environ 130 personnes se sont également rassemblées dans la région de Liège pour bloquer l’entrepôt Total de Wandre, près de Liège. Elles se sont enchaînées aux grilles du site.

8h42 : Le groupe gold continue sa progression

Sur la route, la police surveille la progression du groupe gold. Avenue de l’indépendance, aux abords du site : une centaine de personnes, un camion citerne a du faire demi tour. Une deuxième camionnette de police vient d’arriver. "C’est calme pour l’instant", nous dit on.

8h30 : Un arrêté de police interdit la manifestation

Un arrêté de police pris par le bourgmestre interdit "les manifestations et rassemblements en lien avec l'appel du regroupement des activistes 'Code Rouge' et des gilets jaunes et non autorisés par les autorités communales" pour toute la durée du week-end et ce dans un périmètre de 50 mètres situé autour des infrastructures de TotalEnergies dans le zoning industriel de Feluy.

07h15 : Le départ de groupe est lancé

C’est la première action organisée par Code rouge. La coalition est soutenue par Ineos Will Fall, Greenpeace, Stop Alibaba & Co, Extinction Rebellion Belgium, Grootouders voor het Klimaat, Grands-Parents pour le Climat, Youth For Climate, Réseau ADES, Vredesactie, Climaxi, Climate Express, Gauche anticapitaliste, Agir pour la Paix, Dégaze, Better.planet.online, Jeunes anticapitalistes, Fédération des services sociaux, Students for climate, Gents Milieu Front, Fian, Occupons le terrain, Attac, Actrices et acteurs des temps présents et Labo vzw.

Les militants devront parcourir environ 6 km pour arriver sur le site. D’autres groupes sont aussi en mouvement.

00h42 : Intervention éclair de la police

Une douzaine de policier. Silencieusement, ils s’avancent vers le camp et entrent dans la tente qui abrite une partie du matériel. Butin du raid nocturne : des dizaines de sac de paille. Dix minutes après leur arrivée, les policiers repartent. Avant goût de la journée ?

Des centaines de militants mènent une action de blocage contre les sites Total Energies de Feluy et Liège
©Aurélie Demesse

Des centaines de militants mènent une action de blocage contre les sites Total Energies de Feluy et Liège
©Aurélie Demesse