COP27: l'UE prête à relever ses objectifs, "ouverte" sur l'aide financière au Sud

Les Vingt-Sept ont adopté lundi leur position commune pour la COP27, se disant prêts à relever leurs propres objectifs climatiques "dès que possible", et "ouverts" à un renforcement de leur aide financière aux pays en développement --mais sans chiffrer leur engagement.

La COP27 sera organise en Egypte, la COP28 aux Emirats arabes unis
©BELGA Nieuwsbrief

"Les ambitions mondiales doivent être relevées substantiellement" pour rester en mesure d'atteindre l'objectif de l'accord de Paris (réchauffement limité à +1,5°C par rapport à l'ère pré-industrielle), estiment les Européens dans ce texte adopté en vue de la conférence de l'ONU, en novembre à Charm el-Cheikh (Egypte).

Ils se disent "prêts à mettre à jour les contributions nationales de l'UE et de ses Etats membres dès que possible, en fonction du résultat final" des discussions en cours entre les Vingt-Sept pour finaliser les mesures de leur plan climat.

Ce dernier vise à réduire de 55% les émissions de gaz à effet de serre de l'UE d'ici à 2030, par rapport à 1990.

Le texte, adopté par les ministres européens de l'Environnement réunis au Luxembourg, appelle à "mettre un terme à l'utilisation du charbon (...) via la réduction progressive et la suppression des subventions inefficaces aux combustibles fossiles".

Mais la déclaration est prudente sur l'épineuse question de l'aide financière aux pays en développement.

Frappés par les effets du dérèglement climatique (sécheresses, inondations, canicules) tout en étant les moins responsables des émissions, les pays les plus pauvres réclament à la COP27 un financement spécifique pour compenser les "pertes et dommages" subis.

Et ce alors que les pays riches n'ont toujours pas tenu leur engagement d'une aide climatique de 100 milliards de dollars par an --objectif initialement fixé pour 2020-- afin d'aider les pays pauvres à réduire leurs émissions et à s'adapter.

Le Conseil européen "s'attend à ce que cet objectif soit atteint en 2023", assure le texte, sans autre nouvelle cible chiffrée.

Les Européens disent "attendre avec intérêt de coopérer avec d'autres parties pour concrétiser l'appel (lancé lors de la COP26 à Glasgow) à doubler collectivement, d'ici à 2025 par rapport à 2019, l'apport de fonds destinés à l'adaptation des pays en développement", en trouvant "un équilibre entre adaptation et atténuation" des dommages.

La compensation des "pertes et préjudices" est "un sujet compliqué" mais "nous sommes prêts à en discuter", a souligné la ministre tchèque Anna Hubackova.

"Nous nous sommes mis d'accord aujourd'hui pour garder l'esprit ouvert (...) L'Europe peut réduire l'écart avec le continent africain, avec les pays insulaires", a abondé le ministre néerlandais de l'Energie Rob Jetten.

Les Vingt-Sept ont également adopté leur position commune pour la COP15 sur la biodiversité en décembre à Montréal.

Ils réclament un engagement mondial pour, dès 2030, "protéger effectivement au moins 30% des terres émergées et 30% des océans", "restaurer 3 milliards d'hectares d'écosystèmes terrestres dégradés", et autant d'écosystèmes océaniques.

Ils visent, à la même date, à "éradiquer ou contrôler les espèces exotiques envahissantes" et "s'attaquer aux changements d'usages des terres et espaces marins" néfastes à la biodiversité.

"C'est le bon niveau d'ambition. Pour y parvenir, l'UE doit accroître ses efforts en matière de lutte contre les facteurs de perte de biodiversité (...) et cette position devra être assortie des ressources nécessaires", a réagi Guido Broekhoven, de l'ONG environnementale WWF.

Or, la COP15 devrait également achopper sur la question des financements que réclament les pays en développement aux pays riches. Les Européens ont indiqué "reconnaître l'importance d'une mobilisation de ressources dédiées, prévisibles et adéquates pour la biodiversité", mais sans offrir d'engagement chiffré.