Pour le pays du bonheur, le tourisme a un prix

Particulièrement vulnérable aux changements climatiques dans l’Himalaya, le Bhoutan impose aux voyageurs une taxe de 200 dollars par jour par personne. Il entend "éviter le surtourisme" et espère mieux préserver son environnement et sa culture.

Le dzong de Gasa au Bhoutan.
Le dzong de Gasa au Bhoutan. ©Sabine Verhest
Fonte des glaciers, glissements de terrain, ruptures de lacs glaciaires, inondations, phénomènes météorologiques imprévisibles : les pays de l’Himalaya vivent aux premières loges les effets des changements climatiques et les dégâts...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité