Ce relevé provient d'une station de mesure qui n'appartient pas au réseau habituel des stations de température. Il a été exhumé par des "détectives du climat" avant d'être confirmée par l'Organisation météorologique mondiale, d'où sa publication tardive.

"Le record a été enregistré à une altitude de 3.105 mètres, près du sommet topographique de la calotte glaciaire, à une station de mesure automatique appelée Klinck", a précisé le DMI dans un communiqué.

"Il y a eu énormément de records de chaleur lors de la dernière décennie et c'est important de reconnaître les extrêmes", a souligné un climatologue de DMI, John Cappelen, auprès de l'AFP.

"La possibilité d'obtenir un nouveau record de froid s'amenuise mais je ne peux pas affirmer qu'on n'en enregistrera plus jamais", a-t-il souligné.

Auparavant, le record dans l'hémisphère était de -67,8°C et avait été enregistré en Russie à deux reprises en 1892 et 1933.

La température la plus basse jamais relevée au monde est de -89,2°C. C'est la station météorologique de haute altitude de Vostok, en Antarctique, qui détient ce record depuis le 21 juillet 1983.