L'Union européenne a décidé de ne pas renouveler l'autorisation du thiaclopride, un néonicotinoïde dont la licence expire en avril 2020, a indiqué mardi la Commission européenne. Le comité en charge d'évaluer les demandes de renouvellement des licences en matière de pesticides, composé d'experts représentant les 28 Etats membres de l'UE, a suivi la proposition de la Commission européenne de ne pas prolonger la licence, est-il expliqué sur le site de la Commission dédié aux néonicotinoïdes.

Au début de l'année, l'Efsa, l'agence européenne pour la sécurité des aliments, avait émis un avis défavorable et estimé que le thiaclopride "ne devrait pas satisfaire aux critères d'approbation", selon un porte-parole de l'agence.

Ses propriétés de perturbateur endocrinien en avaient déjà fait un "candidat à la substitution", c'est-à-dire un pesticide pour lequel les autorités nationales doivent faire une évaluation pour établir si des solutions de rechange - y compris des méthodes non chimiques - existent, rappelle la Commission.

En janvier, l'Efsa avait notamment souligné un problème de "concentration dans les eaux souterraines", identifié "comme un sujet de préoccupation". L'agence déplorait également un manque de données qui n'avait pas permis de finaliser l'évaluation des risques, à la fois pour les humains et pour la faune, les abeilles et certains plantes terrestres non ciblées.

La décision doit encore être inscrite au journal officiel de l'Union européenne, probablement d'ici fin novembre, selon une source à la Commission.