De la Grèce à Israël, en passant par Chypre et la Turquie, les pays du sud-est de l'Europe et du Proche-Orient suffoquent, en raison d'une vague de chaleur précoce dont doivent s'accommoder des populations encore soumises à des mesures de confinement. Plus de 40 degrés à Chypre, en Crète (Grèce), sur les rivages turcs, et jusqu'à 47 degrés aux confins d'Israël et de la Jordanie: si cette région du monde est habituée aux étés torrides, des records ont été battus pour un mois de mai, selon les instituts nationaux de météorologie.

Après le sud de l'Italie, avec 39 degrés en Sicile en fin de semaine dernière, cette vague de chaleur a atteint Héraklion, en Crète, avec 41,1 degrés samedi, du jamais-vu en un demi-siècle, d'après l'institut météorologique d'Athènes. En Grèce continentale, le mercure a aussi frôlé les 40 degrés.

A Chypre, un nouveau record a été établi dimanche, avec 42,5 degrés à l'ombre à Paphos (sud-ouest). Une alerte météorologique reste en vigueur lundi.

La Turquie a elle connu son week-end de mai le plus chaud en 75 ans, d'après la télévision publique TRT --il a notamment fait plus de 40 degrés à Antalya.

Au Proche-Orient, la chaleur s'invite régulièrement à la fin du printemps. Mais, "cette année, la différence est la durée de l'épisode --une semaine--, avec des températures jusqu'à 37 degrés", a indiqué dimanche le chef du département de météorologie de l'aéroport de Beyrouth, Abdel Rahmane al-Zawawi.

Cette canicule doit se poursuivre jusqu'en fin de semaine en Méditerranée orientale.