"De fait de la distribution extrêmement inéquitable des vaccins, je ne me rendrai pas à la conférence de la COP26 si la situation continue comme aujourd'hui", a dit la militante suédoise.

La jeune femme, qui a fêté ses 18 ans début janvier, a appelé le gouvernement britannique à repousser de nouveau la COP26, déjà reportée une première fois à cause de la situation sanitaire, si les inégalités vaccinales entre pays ne permettaient pas un accès égal des participants et des militants.

La figure du mouvement "Fridays for Future" et des grèves de l'école pour le climat a appelé les pays riches à partager leurs doses avec les populations à risques dans les pays pauvres "plutôt que de vacciner des jeunes en bonne santé".

"Si ce n'est pas possible, je suggère de repousser (la COP26) pour que tout le monde puisse y participer dans les mêmes conditions", a-t-elle dit à l'AFP, confirmant une information de la BBC.

La militante n'exclut toutefois pas d'inverser sa décision si l'inégalité vaccinale s'améliore, a-t-elle précisé. "Bien sûr j'adorerais participer à la COP26, mais seulement si tout le monde est à pied d'égalité", a-t-elle dit.

Reportée d'un an à cause du coronavirus, la COP26 doit se dérouler du 1er au 12 novembre à Glasgow, en Ecosse, pour tenter de répondre à l'urgence climatique.