Ce dimanche, le premier nid de frelons asiatiques a été neutralisé par les pompiers à Auderghem.

Les experts l’avaient prédit. Le frelon asiatique, venu tout droit du Sud de la France est en train de remonter chez nous. Alors que certains avaient déjà été découverts en Wallonie, le premier nid situé à Bruxelles a été neutralisé ce dimanche par l’équipe ART (Animal Rescue Team) des pompiers. Ce dernier était installé près d’une école à Auderghem, dans un arbre à une hauteur d’environ 15mètres. L’équipe présente sur place a également procédé à la destruction du nid.

"Dans le courant de la semaine passée un pompier, membre de l’équipe ART, a remarqué la présence de frelons asiatiques en Région bruxelloise. Samedi, un instructeur de l’équipe ART est alors parti à la recherche du nid et l’a effectivement localisé" , a expliqué le porte-parole des pompiers Walter Derieuw. "Dimanche, les intervenants ont tout d’abord fait usage d’un élévateur pour se rapprocher du nid et ont injecté, avec une perche de 5 mètres, l’insecticide sous pression dans le nid. La même opération a été répétée du sol, cette fois-ci avec une perche de 22 mètres car s’attaquer au nid tout entier peut être délicat", a relaté le porte-parole.

Car approcher un nid de frelons asiatiques peut s’avérer dangereux. C’est ce que confirme Julien Ruelle, expert en stratégie pour les pollinisateurs à Bruxelles Environnement. "Quand on voit un frelon asiatique, c’est exactement comme quand on voit une guêpe. Surtout ne pas paniquer. Un individu isolé ne sera pas dangereux tant que vous ne vous agitez pas. Par contre, approcher un nid est plus risqué. Il ne faut surtout pas tenter de le neutraliser soi-même avec un outil, c’est comme ça qu’il y a des accidents."

À la vue d’un frelon de ce type, Bruxelles Environnement conseille dès lors de prendre prudemment une photo de l’insecte et de l’envoyer au site web www.observations.be afin qu’il soit identifié. "C’est pareil si quelqu’un suspecte la présence d’un nid quelque part. Si on a un doute, il faut le prendre en photo en restant très prudent. Ou appeler les pompiers."

Depuis 2018 , le Siamu de Bruxelles, en concertation avec le Centre d’expertise de la sécurité civile, a décidé de former des pompiers pour reprendre l’extermination des frelons invasifs dans la Région de Bruxelles-Capitale. "Une quarantaine de pompiers de l’équipe ART ont ainsi été formés", explique le porte-parole des pompiers.

Et est-il vraiment dangereux pour la biodiversité ? "Oui et non , explique Julien Ruelle . Il aura surtout un impact sur l’apiculture, mais pas sur les insectes sauvages. Il ne faut pas qu’il se développe à Bruxelles car ça pourrait avoir de lourdes conséquences pour les apiculteurs, puisque les frelons asiatiques s’attaquent aux ruches. Pour le reste, on ne connaît pas vraiment les impacts négatifs mais nous savons que cet insecte s’adapte très vite aux environnements différents et qu’il se développe beaucoup en milieu urbain." Mathilde de Kerchove