Environnement

Une équipe de chercheurs de l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) se rendra en Alaska du 15 août au 6 septembre pour y analyser le dégel du permafrost, indique l'établissement jeudi dans un communiqué. Les températures ont grimpé au début du mois de juillet dans cet État du nord des États-Unis, situé à cheval sur le cercle polaire arctique, et ont atteint le record absolu du 32°C. Une telle température provoque un cercle vicieux: le dégel de plus en plus rapide du permafrost, ce sol gelé en permanence, et donc la décomposition de matières organiques jusqu'ici protégées. Cette décomposition libère des gaz à effet de serre et amplifie l'impact sur le climat global.

L'objectif de la mission scientifique sera de comprendre quels éléments minéraux sont libérés dans l'environnement par la fonte du permafrost. "Cette mission est une étape essentielle pour préciser l'impact du dégel sur les quantités de gaz à effet de serre émises dans l'Arctique", affirme Sophie Opfergelt, coordinatrice de la mission. "Ces précisions sont requises pour affiner les prédictions climatiques à l'échelle du siècle", ajoute-t-elle.

Concrètement, les chercheurs vont y effectuer des carottages du sol pour comparer parties gelée et dégelée. L'équipe prélèvera des échantillons de sols, de végétation et d'eaux de rivières. Ceux-ci seront ensuite ramenés en Belgique pour y être analysés à l'UCLouvain.