Le président américain Donald Trump a une nouvelle fois dénoncé lundi l'accord de Paris sur le climat qu'il a jugé "inefficace", "injuste" et "très couteux", lors d'un discours sur "leadership de l'Amérique en matière environnementale".

"Nous voulons l'air le plus pur qui soit, nous voulons l'eau la plus propre qui soit et c'est ce que nous faisons", a lancé M. Trump dans cette allocution prononcée depuis la Maison Blanche.

Dénonçant ce qu'il a appelé la "guerre contre l'énergie américaine" menée selon lui par son prédécesseur démocrate Barack Obama, il a rejeté avec force les "projets radicaux" de lutte contre le changement climatique qui, selon lui, ne rendraient pas "le monde plus propre".

"Nous défendrons l'environnement mais nous défendrons aussi la souveraineté américaine, la prospérité américaine et les emplois américains", a-t-il martelé, avant de s'en prendre à l'accord de Paris sur le climat, dont il a retiré les Etats-Unis quelques mois après son arrivée au pouvoir.

Ce texte, conclu fin 2015 dans la capitale française par la quasi-totalité des pays de la planète, vise à limiter l'emballement de la machine climatique.

Réagissant sur Twitter au discours de M. Trump, l'ancien vice-président Al Gore a déploré que le locataire de la Maison Blanche "refuse de regarder la réalité en face".

"Les électeurs américains ne se laisseront pas berner par un président qui tenter de masquer son bilan environnemental catastrophique", a-t-il ajouté.

M. Trump, qui fait inlassablement l'éloge du "magnifique charbon propre", remet régulièrement en cause, au mépris du consensus scientifique, la réalité du réchauffement climatique ou le rôle des activités humaines dans ce phénomène.