L'Agence européenne de l'environnement (AEE) avertit lundi de l'intensification des inondations, sécheresses, pluies et feux de forêts à venir sur le continent, impliquant par là qu'il est urgent pour les pays de s'adapter et prévoir les conséquences à venir au cours des prochaines décennies.

D'après l'AEE, les actions entreprises par les différentes instances pourraient atténuer quelque peu l'impact du changement climatique. Cependant, l'agence, qui publie lundi plusieurs cartes illustrant ses prévisions, estime qu'il y aura bien des conséquences relativement importantes, quand bien même les efforts se révélaient efficaces.

Ainsi, les régions côtières sont bien plus menacées par la montée du niveau des eaux maritimes, particulièrement près de villes comme Naples, Venise, Barcelone ou Nantes. L'intérieur des terres ne sera lui pas épargné par l'eau puisque la hausse des précipitations - jusqu'à 35% plus importantes en automne et en hiver - causera de plus en plus d'inondations, selon l'AEE.

Quant aux sécheresses, elles impacteront principalement l'Europe australe où elles seront plus fréquentes et plus longues, causant notamment des problèmes de répartition des ressources en eau entre les agriculteurs, les industriels et la population. La région tout comme le centre et l'ouest du continent, sera aussi gravement touchée par les feux de forêt, favorisés par une aridité grandissante.

Le député européen Pascal Canfin, qui préside le comité pour l'environnement au sein du Parlement européen, appelle les États-membres à prendre des mesures d'adaptation dès aujourd'hui et à tester la résilience des différentes régions face aux turbulences que représenteront ces changements. "Nous devons nous préparer aujourd'hui à prévenir la disparition de régions entières. Plus nous attendrons, plus dur sera l'impact", plaide le député.