La présence de plastique dans les océans n'est un secret pour personne. Les dramatiques conséquences de ce fléau pour les écosystèmes et la biodiversité sont régulièrement pointées du doigt dans les médias. 

L'exemple suivant illustre parfaitement l'urgence, que constitue un changement rapide et radical de consommation chez les individus. En ce début d'automne, une jeune tortue de mer est morte avec 104 morceaux de plastique à l'intérieur de son estomac. Le Gumbo Limbo Nature Center, situé à Boca Raton, en Floride, aux États-Unis, a publié une photographie illustrant le cadavre de l'animal, aux côtés de la centaine de morceaux de plastiques qui avaient trouvé refuge dans son petit corps.

Comment la présence de plastique dans les océans conduit-elle à la mort des tortues de mer? Après leur éclosion, les bébés tortues se jettent dans les eaux de l'océan Atlantique pour tenter de rejoindre des algues, appelées sargasses, auxquelles les animaux s'accrochent pendant leurs premières années de vie sur Terre. "Le problème de la pollution au plastique des océans, c’est que les déchets s’accrochent aussi dans les algues. Une fois que les micro-plastiques sont pris dans les algues, les bébés tortues pensent qu’il s’agit de nourriture", explique Emily Mirowski, une biologiste marine du centre américain, à CNN. 

Du coup, le sentiment de satiété des tortues est faussement assouvi et celles-ci cessent de s'alimenter. Elles développent alors des carences alimentaires Mais il arrive que des tortues soient rejetées sur le rivage, comme ce fut le cas pour la jeune tortue aux 104 morceaux de plastique. Échouée, cette dernière était "faible et émaciée", a commenté la chercheuse.

La jeune victime de la polution des océans ne figure malheureusement pas au rang des exceptions, comme l'explique la scientifique au média américain. "C’est quelque chose que l’on voit depuis des années, et c’est bien que les gens puissent enfin réaliser ce que la pollution représente. Avec un peu de chance, cela va leur donner envie de faire bouger les choses."

Comment pouvons-nous agir pour éviter que de tels drames se reproduisent? "Il faudrait réduire notre utilisation de plastique au maximum. Pas seulement recycler, mais éliminer complètement notre usage du plastique au quotidien. Chaque bout de plastique produit est toujours dans la nature, c’est juste qu’il se divise en morceaux minuscules", conclut Emily Mirowski.