La répétition des épisodes de chaleur rend "urgente la recherche d'alternatives et le développement de systèmes résilients", alerte la Fédération.

Elle réclame pour y parvenir davantage de moyens pour les centres de recherche, ASBL et universités, ainsi que pour les agriculteurs "désireux de co-construire des réponses ciblées et personnalisées aux enjeux de chaque ferme". "Si les choix politiques - notamment la politique agricole commune actuelle en négociation - ne répondent pas à la nécessité d'adapter notre modèle agricole, c'est tout le secteur qui en fera les frais", assure la Fugea.

L'association réclame aussi des dérogations "pour permettre aux exploitants de changer leur fusil d'épaule dans la gestion de cette fin de campagne" et attend toujours des réponses aux demandes envoyées au mois de juillet. "Certains agriculteurs veulent s'orienter vers des couverts plus résistants à la sécheresse, mais dans la réglementation actuelle, ces couverts ne sont pas admis comme surfaces d'intérêt écologique (SIE)" et ne peuvent donc pas bénéficier des aides européennes correspondantes, déplore la Fugea.