Chaque année, aux îles Féroé, des centaines de cétacés sont exterminés sur l'autel des mœurs et des traditions humaines.

Le Grindadráp, littéralement "mise à mort des baleines", est une chasse traditionnelle Féroïenne qui fait particulièrement débat en Europe de par ses aspects barbares et immoraux.

Originellement, cette traque funèbre est un hommage aux ancêtres de la population locale. Isolés du reste du monde et disposant de conditions défavorables à l'élevage et à l'agriculture, ces derniers se seraient tournés vers la viande de globicéphale afin de survivre.

Cependant, si le Grindadráp peut se comprendre replacé dans le contexte de l'époque, il semble nettement moins approprié de nos jours. En effet, la situation des Îles Féroé s'est particulièrement améliorée et un tel massacre annuel semble dépassé et quelque peu primitif.

Hugo Clément, célèbre journaliste français, s'en est d’ailleurs offusqué sur Twitter.

"Hier, j'ai vécu un des moments les plus difficile de ma vie professionnelle. En reportage pour France 2, nous avons assisté au massacre d'une centaine de dauphins globicéphales aux îles Féroé" explique-t-il.

Il continue dans une série de publications: "Ces animaux ultra sociaux et très doux envers l’être humain sont pourtant protégés par la convention de Berne sur la vie sauvage".

"Aujourd’hui, les Îles Féroés sont riches, leurs supermarchés remplis de denrées en tout genre, rien ne manque, mais la chasse continue malgré tout. En moyenne, 800 cétacés sont tués chaque année dans l’archipel. Le pire c’était ça... les gémissements des dauphins en train de se faire tuer" conclu-t-il à l'aide d'une vidéo insoutenable où l'on peut entendre les animaux pousser des cris de lamentations.

Un reportage est prévu prochainement sur France 2 afin de dénoncer ce rituel sanglant.