Environnement

Les températures enregistrées en juillet au niveau mondial ont au moins égalé le précédent record enregistré à la même période, selon les données les plus récentes de l'Organisation météorologique mondiale, l'agence spécialisée de l'ONU.

Ces données, basées sur les premiers 29 jours du mois, montrent que juillet 2019 a été aussi chaud, voire plus, que juillet 2016, qui était le mois le plus chaud de tous les temps.

"Nous avons toujours vécu des étés chauds. Mais ceci n'est pas l'été de notre jeunesse. Ce n'est pas l'été de votre grand-père", a déclaré le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres à New York.

"Seulement cette année, nous avons connu des températures record de New Delhi à Anchorage, de Paris à Santiago, d'Adélaïde aux cercles arctiques. Si nous ne prenons pas de mesures maintenant pour lutter contre le réchauffement climatique, ces événements météorologiques extrêmes ne seront que la pointe de l'iceberg."

L'Organisation météorologique mondiale, qui a publié ses données dans un communiqué de presse, a notamment noté des records de température dans une série de pays européens: en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, en plus de la Belgique.

"Le mois de juillet a réécrit l'histoire climatique, avec des dizaines de nouveaux records de chaleur au niveau local, national et mondial", a déclaré le secrétaire général de l'agence Petteri Taalas.

Aux Etats-Unis, c'est le mois de juin qui a explosé tous les records et l'année 2019 est en passe de devenir l'année la plus chaude depuis que les températures ont commencé à être observées 1880.