Un mois après l'interdiction d'incendies, les feux illégaux continuent de faire rage en Amazonie. "Les données montrent que la stratégie du gouvernement brésilien n'est pas efficace pour stopper la destruction de la forêt à la plus grande diversité de la planète", dénonce lundi Christiane Mazzetti, porte-parole pour la campagne de Greenpeace sur la forêt amazonienne. 

© AFP

L'Institut national de recherches spatiales, qui analyse les données satellites, a repéré 20.473 incendies entre le 16 juillet et le 15 août, dont plus de 15.000 feux rien que durant les 15 premiers jours d'août. Cela ne représente que 8% de moins qu'à la même période l'an dernier. Sauf qu'à cette époque-là, aucune interdiction n'était en vigueur et le gouvernement n'avait pas envoyé l'armée pour lutter contre les flammes.

Le 16 juillet, le gouvernement brésilien a instauré une interdiction d'incendies de forêts et agricoles, pour une durée de 120 jours, dans la région amazonienne.

© AFP

Selon les organisations environnementales, les forces armées déployées depuis mai ne peuvent contenir la destruction illégale que pour un court moment, mais ne pourront pas remplacer le travail des autorités compétentes en matière d'environnement, affaiblies par Bolsanoro.