Les scientifiques ont découvert cette semaine, un peu par hasard, un séquoia géant qui était toujours en train de brûler dans la Sequoia National Forest, en Californie. Et ce, neuf mois après le début des incendies qui ont ravagé cet Etat.

"L'arbre ressemblait à une cheminée d'où la fumée continuait à s'échapper", explique le Guardian. Si l'arbre n'était donc pas en flammes, il dégageait tout de même beaucoup de fumée. Selon les experts, ce feu couvait depuis août 2020. Qu'on retrouve autant de temps plus tard des braises toujours actives a de quoi étonner. Et pourtant...

Le signe d'un hiver très sec

Si des braises fumantes ont pu survivre à la neige et aux intempéries, c'est parce qu'elles étaient protégées à l'intérieur du tronc de l'arbre qui a agi comme un bouclier. "L'intérieur d'un arbre, comme l'intérieur d'un poêle à bois, peut fournir un abri riche en oxygène pour qu'un feu puisse survivre", a souligné Mike Theune, responsable de l'information sur les incendies pour les parcs nationaux de Sequoia et Kings Canyon.

Selon lui, ce type d'événement n'est pas inhabituel. "Ce n'est sans doute pas le seul séquoia qui a continué à brûler", a d'ailleurs fait savoir le parc naturel dans un communiqué. Il est en effet déjà arrivé que des braises continuent à se consumer après la disparition d'un incendie. Mais qu'elles continuent à le faire malgré l'hiver est inquiétant. "C'est le signe d'un hiver très sec", explique-t-il. Or, plus une terre est sèche, plus les incendies risquent d'y faire des ravages. Des experts ont donc déjà averti la Californie qu'elle ferait sans doute face à des feux saisonniers encore plus dévastateurs et plus précoces que l'année dernière.

Pour rappel, entre août et décembre, les flammes avaient brûlé plus de 17.000 kilomètres carrés de forêts dans l'ouest américain.

Le feu, de l'ami à l'ennemi

Comme l'explique le Guardian, le feu n'est toutefois pas une mauvaise chose pour les séquoias. Ces arbres sont en effet dépendants du feu pour libérer de nouvelles graines qui donneront naissance à de futurs arbres. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle des feux contrôlés sont souvent allumés sur les terres recouvertes de séquoias.

Si les petits incendies contrôlés sont donc bénéfiques pour ces arbres, les feux incontrôlables sont, eux, bien évidemment nocifs pour les forêts.