Le poêle à bois reste un mode de chauffage très utilisé par les Wallons comme en témoigne la recrudescence des ventes de ces appareils qui se sont fortement perfectionnés ces dernières années.

Mais pour être réellement économique et le moins polluant possible, le chauffage aux bûches de bois doit s’effectuer dans de bonnes conditions, rappelle une campagne de sensibilisation wallonne lancée ce mardi. Baptisée "La Maîtrise du feu", elle invite notamment les consommateurs à bien choisir leur matériel et à sélectionner leur bois. La bûche est en effet la première source de chaleur renouvelable en Wallonie. Selon les statistiques partagées par l’ASBL ValBiom, qui pilote cette campagne, 70 % des ménages wallons qui se chauffent au bois utilisent des bûches, contre 28 % de pellets et 2 % de bois sous d’autres formes (plaquettes entre autres).

Si les conditions de bonne utilisation sont respectées, sa combustion est considérée comme neutre en CO2 car le dioxyde de carbone émis correspond à celui capté par l’arbre lors de sa croissance. De mauvaises pratiques, par contre, peuvent fortement contribuer à la pollution de l’air. La 5e édition de la campagne "La Maîtrise du feu" souhaite rendre cette source de chaleur encore plus efficace et durable. L’objectif est d’augmenter l’efficacité de la combustion et de réduire les émissions de particules fines ainsi que d’autres polluants atmosphériques. Via un site web, une page Facebook et un livret d’informations pratiques, la campagne présente une série de bons conseils sur le choix du matériel, la sélection de bois local, l’alimentation du foyer et l’entretien. Par exemple, l’usage de bois humide, une technologie de chauffage dépassée, un mauvais entretien de sa cheminée et une mauvaise évacuation des fumées peuvent entraîner une mauvaise combustion. Le simple fait de procéder à l’allumage inversé (par le haut) permet d’améliorer fortement la combustion des gaz et de réduire les émissions de particules nocives.

Cette année, la campagne n’est plus seulement financée par l’Agence wallonne de l’air et du climat (Awac), mais bénéficie également du soutien d’Agoria CIV, qui rassemble les acteurs de la filière chauffage individuel.