Barbara Pompili, ministre française de l’Environnement, a tranché dans le dossier Stocamine : les 42 000 tonnes de déchets industriels toujours enterrés dans l’ancienne mine de potasse de Wittelsheim en Alsace seront définitivement confinées et non déstockées au maximum comme le réclamaient élus et associations.

Selon la ministre, le confinement s’impose pour la protection de la nappe phréatique mais un déstockage complémentaire et préalable serait risqué pour les travailleurs. Barbara Pompili annonce, en parallèle, 50 millions d’euros destinés à un plan de protection de la nappe d’Alsace sur cinq ans. Il s’agira de dépolluer "plusieurs sites industriels situés au-dessus de la nappe et non en dessous comme celui de Stocamine". Sont concernées les 750 tonnes de lindane (pesticide peu dégradable et classé cancérigène) versées pendant les années 1960-70 dans une ancienne gravière proche de Colmar.