La Coalition Climat, composée d'associations environnementales, de syndicats et de collectifs citoyens, demande plus d'ambition au monde politique.

Sur le coup de 07h00 ce lundi, c'est Zanna Vanrenterghem, porte-parole néerlandophone de la Coalition Climat, qui a débuté l'action devant le Parlement wallon. Elle a ensuite été relayée par Adélaïde Charlier, co-organisatrice de Youth for Climate, puis par un membre de l'association des Grands-parents pour le Climat.

"Nous voulons mettre la pression sur nos différents gouvernements car ils devront voter la loi Climat européenne dans deux semaines", a expliqué Adélaïde Charlier. "Pour l'instant, nos politiques sont en train de renier complètement l'Accord de Paris (qui prévoit de contenir la hausse du mercure bien en-deça de 2°C et si possible à +1,5°C, NDLR). Il faut qu'ils prennent leur courage à deux mains", a-t-elle ajouté.

L'opération namuroise est prévue jusqu'à 15h00, avec la présence de représentants du Réseau agricole des Paysans, du Centre national de coopération au développement, des Amis de la Terre, de citoyens, d'une activiste de Greenpeace Namur et enfin d'un membre de la CSC.

Des Bruxellois prendront ensuite le relais devant le cabinet du ministre-président régional Rudy Vervoort, de 15h00 à 21h30. De manière à respecter le couvre-feu, huit activistes se relayeront pendant la nuit face caméra depuis des bureaux.

Mardi, d'autres manifestants siègeront devant le gouvernement flamand. Mercredi, ils viseront le gouvernement fédéral.

© BELGA

L'ensemble de l'action est retransmis en direct sur le web, où les citoyens peuvent marquer leur soutien à la Coalition Climat. A court terme, celle-ci espère obtenir une rencontre avec les différents niveaux de pouvoir belges, de manière à pouvoir ouvrir le dialogue.

Pour parvenir à la neutralité carbone à l'horizon 2050, la Commission européenne propose qu'en 2030, l'Europe atteigne une réduction d'au moins 55% de ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990. Le Parlement européen, lui, demande d'aller jusqu'à -60%. Quant aux États membres, ils doivent encore s'accorder. Le sommet des 10 et 11 décembre prochains abordera ce sujet.

A ce stade, les engagements pris par les Etats signataires de l'Accord de Paris placent la Terre sur une trajectoire de réchauffement d'au moins 3°C.