Le ministère de l'Intérieur explique dans un communiqué vouloir conduire une "analyse complète" des conséquences environnementales de concessions attribuées début janvier, soit deux semaines avant l'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche, pour exploiter des parcelles dans la plus grande zone naturelle protégée du pays.

En fonction des résultats, l'administration décidera de maintenir les concessions en l'état, de les annuler ou d'imposer des mesures supplémentaires pour protéger l'environnement dans cette région où vivent notamment des ours polaires et des caribous.

Les compagnies pétrolières et dirigeants de l'Alaska poussent depuis une trentaine d'années pour exploiter les ressources de ce refuge national, arguant que cela permettrait de créer des emplois et de générer des revenus pour cet Etat.

Conformément à un texte voté fin 2017 par le Congrès américain, le ministère de l'Intérieur avait approuvé en août un programme ouvrant la voie à des forages sur 6.500 kilomètres carrés d'une zone côtière longeant l'océan Arctique.

Un appel d'offres lancé en décembre avait conduit, le 6 janvier, à l'attribution de neuf parcelles à l'agence gouvernementale Alaska Industrial Development and Export Authority et de deux parcelles à deux petites entreprises, pour un total d'environ 2.430 kilomètres carrés.

M. Biden avait assuré lors de sa campagne qu'il prendrait des mesures pour garantir de façon permanente la protection du refuge.

La décision annoncée mardi "est une étape importante" dans la réalisation de cette promesse, a commenté la conseillère nationale au climat, Gina McCarthy.

"Le président Biden estime que les trésors nationaux sont des éléments essentiels de la culture et de l'économie du pays, et il est reconnaissant de l'action rapide du ministère de l'Intérieur" sur une décision "prise dans les derniers jours de la précédente administration", a-t-elle ajouté.

Dans sa décision mardi, le ministère de l'Intérieur souligne avoir repéré "de multiples lacunes juridiques" dans la procédure ayant conduit à l'attribution des concessions, dont une analyse "insuffisante" au regard de la réglementation sur l'environnement.