Le Fonds mondial pour la nature (WWF) lance une campagne sur son compte Twitter. Le but ? Rappeler l’impressionnante période d’extinction que les espèces vivantes connaissent aujourd’hui. WWF utilise l’arme de l’humour pour sensibiliser à une cause quelque peu disparue du débat public, au point que la Commission européenne hésite à revenir sur ses acquis.

Une campagne tout en hashtags, dont le dernier en date, #EndangeredEmoji (émoticônes en danger), donne le ton.




Régulièrement, le mur Twitter de WWF Monde est rafraîchi avec des montages photos. Ils sont pensés comme des cartes d’identités résumant, en un clin d’oeil, les caractéristiques d’un animal dont l’extinction est imminente. Le plus petit des cétacés, le marsouin, est le dernier en date.


“Il s’agit d'adhérer tous les publics à cette cause. En investissant les réseaux sociaux, WWF s’adresse en priorité aux jeunes générations. C’est important qu’elles soient tenues informées de la situation”, confie Gwendoline Viatour, porte-parole de WWF Belgique.

Moitié moins d’animaux depuis les années 70

La situation n’a jamais été aussi alarmante. Le dernier rapport élaboré par l’association, intitulé “Planète vivante”, date de 2014 et doit être rafraîchi sous peu. Il étudie 10.000 populations d’espèces, dans le monde et depuis les années 70. La conclusion ? 50% des oiseaux, mammifères, reptiles et autres amphibiens répertoriés ont disparu. En deux générations, donc, la taille des populations vertébrées a diminué de moitié.

Des solutions menacées par la Commission

Le militantisme d’organisations, comme celui du WWF, porte ses fruits. Preuve en est : “Natura 2000”, un réseau de 27.000 sites européens où l’environnement bénéficie d’un régime de protection particulier. La Commission est à l'origine de deux directives sur le sujet. La première, "directive Habitats", a été rédigée lors d'un programme d'action pour l'environnement adopté lors du sommet de la Terre, à Rio, en 1992. La deuxième, qui est un texte inclus dans la première, est la "directive Oiseaux". L'Exécutif européen a recensé ces 27.000 zones dites "d'intérêt communautaire", dans le sens où elles abritent des espèces en danger d'extinction, vulnérables ou rares. “Concrètement, on peut dire qu’un cinquième de l’Union européenne est sain et sauf, commente Gwendoline Viatour."

© wwf

Cela dit, le réseau a été l'objet de nombreux débats, surtout en France, où de multiples partenaires environnementaux n'ont pas été consultés. L'année dernière, la Commission a publié un bilan confus, ce qui l'a menée à douter de l'efficacité de Natura 2000. Dans le même temps, Jean-Claude Juncker entamait en décembre 2014 son programme de réduction des directives, trop nombreuses et trop techniques, selon lui. "Natura 2000 pourrait passer à la trappe, mais la faune, la flore et les endroits naturels les plus précieux d’Europe dépendent de ces réglementations, remarque la porte-parole de WWF. Nous avons décidé de réagir.”

Protestez en musique

En Wallonie, Natura 2000 représente 220.000 hectares protégés depuis 2009. Pour que cela ne change pas, WWF a lancé une autre campagne de sensibilisation, ludique, appelée “Augmentez le son de la nature !”. Le principe ? Inventez vous-même une musique en sélectionnant des sons d'ambiance. “Une fois que vous êtes content du résultat, soumettez-le-nous, explique Gwendoline Viatour. Et WWF se charge d’envoyer toutes vos revendications à la Commission.”