Planète Samedi soir, les intempéries ont fait d’énormes dégâts mais surtout des morts, au moins 17, et des disparus. Le Sud de la France est une région à risques, surtout en automne. Elle pourrait ne plus être seule à l'avenir...

Dix-sept morts et quatre disparus; c’était le terrible bilan, dimanche soir, des inondations qui ont frappé une partie de la Côte d’Azur dans la soirée de samedi. Ces inondations étaient elles-mêmes consécutives à des orages d’une rare intensité. Selon les autorités, le bilan pourrait encore s’alourdir car toutes les zones sinistrées, comme des parkings souterrains, n’avaient pas encore été explorées.

Le déluge de pluie a été "très violent et concentré", a souligné le préfet des Alpes-Maritimes. Les pluies ont notamment entraîné la crue du petit fleuve côtier de la Brague, submergeant des rues de Cannes, d’Antibes, de Mandelieu-la-Napoule, de Villeneuve-Loubet et de Nice. En deux jours, la zone littorale a reçu l’équivalent en pluie d’un mois d’octobre moyen.

Drames humains

Cela a entraîné la paralysie partielle des trafics ferroviaire, autoroutier, et routier secondaire. De nombreux touristes ont été coincés dans des aéroports, des gares voire des trains et d’énormes dégâts matériels recensés. Mais tout cela n’est que péripétie au regard des drames humains qui se sont joués en divers endroits. Ainsi trois personnes âgées ont-elles péri noyées dans une maison de retraite près d’Antibes. Trois autres victimes ont été découvertes dans leur voiture prise par les eaux, à Vallauris-Golfe-Juan. A Mandelieu-la-Napoule, quatre corps ont été retrouvés et quatre autres personnes étaient toujours recherchées : il s’agit d’habitants d’immeubles qui ont voulu mettre leur voiture, garée dans les sous-sols, à l’abri et qui se sont noyés.

Les mairies des localités touchées ont hébergé d’urgence des centaines de "naufragés" dont les récits en disaient long sur la peur qui a été la leur.

Le phénomène climatique a, en effet, été très spectaculaire. Des véhicules ont été emportés jusque dans la mer, des arbres se sont couchés sur la promenade des Anglais à Nice, des campings ont été inondés, deux hélicoptères enchaînant les rotations pour mettre en sécurité leurs occupants; mais une personne a été retrouvée empalée dimanche au petit matin. Une partie du réseau routier secondaire est restée impraticable dimanche alors que des milliers d’habitants étaient privés d’électricité.

"Le fonds d’indemnisation des catastrophes naturelles sera mobilisé", a déclaré le président Hollande, qui s’est rendu sur place avec le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve. Ces orages, aggravés par "la forte urbanisation de la région", sont difficiles à prévoir "parce qu’ils se produisent sur une zone limitée et dans un court laps de temps", a expliqué Météo-France.

La Belgique sera-t-elle menacée un jour ?

Les intempéries et les orages qui ont frappé une partie de la Côte d’Azur, dans la nuit de samedi à dimanche, entraînant des crues mortelles en divers endroits, illustrent "la fragilité" de la région sur le plan climatique.

(...)