Stimuler le réflexe du don pour soutenir le Bien Commun

La première “Nuit du Bien commun” se tiendra à Bruxelles ce mardi 24 mai.

Stimuler le réflexe du don pour soutenir le Bien Commun
©Obole

Encourager le réflexe du don auprès de personnes qui, bien qu’en ayant les moyens, n’en ont pas forcément l’habitude. Tel est l’objectif de la soirée “Bruxelles pour le Bien Commun” qui se déroulera ce mardi 24 mai au Théâtre des Galeries.

Plus de 500 donateurs sont attendus lors de cet événement organisé en partenariat avec le groupe IPM, dont fait partie La Libre. Une centaine de places sont encore disponibles. La participation est gratuite, mais il est demandé de s'inscrire en ligne (via le site https://bruxelles.lanuitdubiencommun.com/) afin d'accueillir au mieux les participant(e)s.

Cette soirée servira en quelque sorte de test pour la Belgique, explique Gabrielle Lacheteau, cheffe de projet au sein de la société française "Obole" à l'origine de cette initiative. "La Nuit du Bien Commun a été créée à Paris en 2017 par Stanislas Billot de Lochner, Pierre-Edouard Stérin et Thibault Farrenq, poursuit-elle. Le principe est de permettre à des donateurs, petits ou grands, de rencontrer des associations qui œuvrent sur le territoire pour le bien commun. Chacune de ces associations dispose de quatre minutes pour convaincre le parterre de donateurs de financer un projet particulier dans le domaine de l'éducation, de l'accès aux soins de santé, de la lutte contre la précarité, du développement durable ou du patrimoine et de la culture. Cela fonctionne un peu comme une vente aux enchères à ceci près que ce n'est pas la dernière offre la plus élevée qui emporte la mise. Toutes les offres faites par les différents donateurs sont prises en compte et se cumulent pour permettre d'atteindre le montant souhaité par l'association."

Une dizaine d’associations sélectionnées

Pour cette première belge, une dizaine d'associations ont été sélectionnées parmi une cinquantaine de dossiers de candidature soumis au comité de soutien. Les associations retenues sont Notre Abri, Le 65 degrés, Infirmiers de rue, Lazare, Les petites cantines, Peluche, Play4Peace, Remua et Tada.

Mardi soir, leurs représentants respectifs défileront sur la scène des Galeries pour “pitcher” leur projet devant le public avant qu’un commissaire-priseur ne lance la levée de dons par tranches successives allant de 5000 à 100 euros.

Les organisateurs ne se sont fixé aucun objectif global de montant à atteindre, l’espoir étant que chaque association récolte les fonds dont elle a besoin. “En France, le concept marche bien, commente Gabrielle Lacheteau. Lundi dernier à Marseille, on a récolté 400 800 euros ; à Lille fin avril 426 000 euros ; l’année dernière à Bordeaux autour de 350 000 euros ; à Rouen autour de 220 000 euros… Cela varie d’une ville à l’autre et comme il s’agit d’une première édition à Bruxelles, il est difficile d’évaluer un résultat à l’avance.”

Si cette soirée pilote fonctionne, le but est de décliner ces actions dans d’autres villes belges, alors que le “Bien Commun” s’est déjà exporté avec succès à Genève.