Une jeune habitante de la région d'Ohey en province de Namur parcourra le pays avec une atypique compagne de route. Objectif de "la brouette à souhaits": participer à réaliser les voeux des enfants malades.

"La brouette chargée, c’est le symbole du fardeau que portent les enfants malades" , entame Célie Desmeth. La jeune femme de 28 ans originaire d'Ohey, entre Ciney et Andenne, s’est lancé un défi peu commun, voire tout à fait incongru : parcourir 600 km à pied en poussant… une brouette lourde de 50 kilos, comprenant tout le matériel dont elle aura besoin durant ses 30 jours de périple : tente, sac de couchage, vêtements, nourriture pour quelques jours, eau, roue de secours.

La jeune femme est fonceuse. Mais pas tête brulée. Ce défi, elle le prépare consciencieusement, à force d’entraînements réfléchis, " même s’il n’existe aucun spécialiste en pratique de la brouette !" , s’amuse-t-elle. Qu’à cela ne tienne, ce défi, c’est la manière que Célie a trouvée pour " suivre l’exemple des enfants", louant leur spontanéité et leur capacité à  "se dépasser "  dans l’adversité.

Poursuivre son rêve pour exaucer ceux des autres

"La frontière est mince entre faire et renoncer" , analyse cette membre de l’armée. Le confinement a été son déclic. "On pensait qu’on serait coincé en Belgique tout l’été. Je cherchais une manière de voyager … et de fil en aiguille, l’idée de parcourir le pays pour une cause à laquelle je suis sensible a émergé" , retrace-t-elle.

Célie réalisera bientôt son propre rêve pour soutenir ceux des autres, par l’intermédiaire de l’association Mistral gagnant : elle partira le 1er août de Arlon pour un périple pédestre de 30 jours. Ses pas (de course) la mèneront de ville en ville, à la découverte du plat pays, avalant une vingtaine de kilomètres quotidiennement : Liège, Namur, Mons, Ostende, Anvers et enfin Bruxelles, la ligne d’arrivée. Avaler les kilomètres, certes, mais aussi parcourir un chemin "de soi à soi, en passant par les autres" , précise-t-elle. Car la rencontre occupe une partie centrale de sa démarche.

Une compagne de route intrigante

La brouette, aussi incongrue qu’elle puisse paraître, n’a pas été choisie au hasard. "C’est un objet qui intrigue", commente l’Oheyoise. Il lui permettra, pense-t-elle, de briser la glace, "de partir à la rencontre de l’autre ", "d’ouvrir la discussion" avec les gens qui croiseront sa route. "Si j’avais un sac à dos ou un vélo, on se contenterait de me saluer. La brouette permet d’amorcer un vrai échange". L’objectif, derrière "cette aventure humaine", est de parler de ces enfants malades pour qui Célie relève ce défi, de sensibiliser la population à leur réalité… et à leurs rêves, qu’elle entend bien participer à exaucer.