Avec la fermeture des restaurants, les fournisseurs alimentaires ont perdu leurs clients. Choco Market leur permet de poursuivre une partie de leurs activités.

Le 14 mars dernier, les restaurants se voyaient obligés de fermer leurs portes. Dans l’ombre de ces derniers, leurs fournisseurs en produits frais ont vu leurs activités se réduire à peau de chagrin. Depuis presque deux mois, ils paient un lourd tribut à la crise du Covid-19. "Avec la perte de la grande majorité de leurs clients, les fournisseurs sont en grande souffrance", constate Hugues de Galard, fondateur de Choco, une application qui permet aux restaurants de regrouper sur une seule interface les commandes faites auprès de leurs différents fournisseurs. À de rares exceptions près, ceux-ci "fournissaient les restaurants à hauteur de 80% et des collectivités comme les maisons de repos à 20%, mais pas de particuliers", souligne-t-il.

Des professionnels de la restauration aux particuliers

Malgré la forte diminution - voire l'absence - de rentrées financières, les coûts fixes continuent de s’accumuler. "Pour leur rendre une capacité de travail", Hugues de Galard a initié un important "virage" en lançant "Choco Market", une "vitrine pour une dizaine de fournisseurs locaux" auprès du grand public cette fois-ci. Plutôt que de servir des restaurants, les fournisseurs s’adressent aux habitants de la région bruxelloise. "Les citoyens sont réticents à aller faire leurs courses et demandent des produits de qualité", observe M. de Galard. "Avec Choco Market, le particulier peut accéder à des produits généralement réservés aux chefs". Et de préciser qu'ils ont fixé des prix qui respectent les producteurs et qui sont accessibles aux consommateurs.

Des bénéfices au profit des personnes précarisées

Une gamme de fruits, légumes et de produits d’épicerie a été choisie de concert avec les fournisseurs. Le client passe commande sur le site internet de Choco Market, tous les jours avant 21 heures. "Ensuite, nous les dispatchons chez les fournisseurs concernés. Ils préparent les commandes la nuit afin de livrer les clients entre 7h et 15h le lendemain" , explique le concepteur du projet. "Les commandes doivent atteindre 45 euros pour que la livraison soit gratuite, autrement, les fournisseurs livreraient à perte", précise-t-il.

Au-delà du soutien apporté aux fournisseurs, Choco Market s’est doté d’un objet social. Les bénéfices faits sur les commandes des particuliers sont entièrement reversés à des associations de maraude à Bruxelles. "Nous voulons soutenir un public particulièrement vulnérable en ces temps de crise et visualiser l’impact de chaque euro envoyé" , motive notre interlocuteur.

L’initiative, qui devait initialement se terminer au moment du déconfinement, connaît un réel succès  et se poursuivra dès lors "tant que la demande des fournisseurs existe". "Les consommateurs sont réceptifs au côté solidaire de l’initiative et ont envie, par leurs achats, de soutenir une bonne cause", explique Hugues de Galard.