Le projet des "vélos solidaires" propose un prêt de vélo entre citoyens afin d'offrir au personnel des secteurs essentiels une alternative à la voiture ou aux transports en commun.

Si la plupart des secteurs d’activités sont à l’arrêt, que la majorité des citoyens sont confinés chez eux, nombre de travailleuses et travailleurs continuent d'effectuer chaque jour les déplacements vers leurs lieux de travail : hôpitaux, magasins d'alimentation, pharmacies... Et la distanciation sociale, l'offre des transports en commun revue à la baisse, le temps estival et les routes moins engorgées sont des incitants à la pratique du vélo comme moyen de déplacement. A condition d’en avoir un…

Raison pour laquelle le GRACQ - Groupe de Recherche et d’Action des Cyclistes Quotidiens - lance "Les vélos solidaires", à l’image des "vélos pour l’hosto" français. Il s’agit de faciliter les prêts de vélos entre citoyens "afin d'offrir au personnel des secteurs essentiels une alternative à la voiture ou aux transports en commun", explique Aurélie Willems, secrétaire générale du GRACQ.

L’appel à la solidarité citoyenne a été lancé sur les pages Facebook du GRACQ Bruxelles et Namur. Un post épinglé en haut de page permet de mettre en lien les propriétaires et les bénéficiaires. A eux d’organiser ensuite le prêt/emprunt, tout en respectant les règles soulignées par le GRACQ en matière de "gestes barrières ainsi que les précautions d'usages au moment où les personnes se rencontrent".

Lancée à Bruxelles et Namur, l'initiative est destinée à s'étendre à d'autres régions.