Un masque pensé pour les sportifs et toutes les personnes dont les activités impliquent le mouvement a été développé par Ynnovasports.

Le mouvement, telle était la condition sine qua non posée par le gouvernement pour prendre l’air. A la grâce du confinement donc, de nombreux Belges ont ressorti du fond de leurs tiroirs leurs vêtements de sport et baskets de course pour aller fouler les pavés et les pelouses des parcs.

« Amis joggeurs, portez un masque ! », lisait-on il y a peu sur Facebook. Car les sportifs, contrairement aux promeneurs, ne portent que rarement ce masque recommandé dans l’espace public. Le bout de tissu est effectivement loin de convenir à l’activité physique…

Forte de son expertise dans le textile technique - et les vêtements pour les tri-athlètes en particulier - la société liégeoise Ynnovasports a profité de l’occasion pour adapter sa production. « Nous avons reconverti nos ateliers pour confectionner un masque spécifique à l’activité physique » , explique Xavier Picard, son gérant. « Le textile thermo-régulant que nous utilisons pour les athlètes permet la pratique de la natation, du vélo et de la course; il protège du froid et de l’humidité tout en séchant rapidement. Ce sont des tissus respirants » , précise-t-il. Le matériaux est donc idéal pour la confection de masques, par définition soumis à l’humidité et destinés tant à empêcher qu’à protéger des postillons.

Les masques « Wind flap » se composent de trois couches de tissu élastique entre lesquelles se glisse un filtre. En plus de la qualité du textile et de sa légèreté, « le masque est ergonomique : il épouse réellement les contours du visage et fonctionne comme une seconde peau » , vente son concepteur. Il a comme autre avantage de « filtrer dans les deux sens » , à savoir de protéger tout autant celui qui le porte que les personnes qu’il croise. « Son pourcentage de filtration est de 94% » , appuie Xavier Picard.

S’il devrait permettre aux sportifs de se protéger ainsi que de protéger ceux qu’ils croisent, ce masque a aussi été conçu pour les « personnes actives », notamment celles qui exercent un métier qui nécessite d’être en mouvement. « Outre des clubs sportifs, nous avons fourni une équipe de femmes d’ouvrage de Liège » , cite en exemple Xavier Picard.