Le sort de castors menaçant une attraction à Walibi crée le débat entre la Région wallon et les ONG.

Alerte aux rongeurs ! Une famille de castors installée sur la Dyle dérange le parc d’attractions Walibi, car ces animaux rongent des arbres qui pourraient chuter sur l’attraction Loup-Garou, des montagnes russes en bois. Le parc d'attraction explique avoir déjà dû couper de nombreux arbres.

Accord pour l'euthanasie

Lundi, alors que le Département de la nature et des forêts (DNF) de la Région wallonne avait donné son accord à l’euthanasie des rongeurs, le parc animalier Pairi Daiza annonçait "être prêt à accueillir ces animaux protégés". Mais, pour plusieurs associations environnementales, ni l’euthanasie ni le déplacement des castors n’ont de sens, car "supprimer une famille ne ferait qu’ouvrir un espace pour une nouvelle", selon Natagora : "Les castors sont en effet implantés tout le long de la vallée de la Dyle. Tant qu’une famille est installée, elle garde sa zone et empêche de nouvelles implantations". En Wallonie, "au vu de l’état actuel de saturation des bassins et au vu de la dynamique des populations, les sites potentiels seront tous naturellement recolonisés". Natagora prône plutôt des aménagements destinés à sécuriser le site, comme la protection des arbres. L’ONG se dit prête à entreprendre elle-même ces travaux de sécurisation. Si la solution du déplacement devait tout de même être choisie, l’association se propose aussi d’accueillir les castors dans sa réserve naturelle de Virelles-Nature plutôt que de les enfermer à Pairi Daiza.

Dérogations plus aisées pour éliminer le castor

Comme Natagora, la Ligue de protection des oiseaux (LRBPO) souligne que le gouvernement wallon a justement en projet de revoir la loi sur la conservation de la nature. En effet, le ministre wallon de l’Agriculture, René Collin (CDH), envisage de rendre plus facile l’obtention de dérogation pour abattre le castor, mais aussi le blaireau, le héron cendré et le grand cormoran, toutes des espèces protégées. Ce que dénonce la LRBPO, qui encourage les citoyens à envoyer un courrier de protestation à René Collin, car le castor est une "espèce clé de l’écosystème". Le ministre, lui, justifie ce projet de loi par les dégâts entraînés par le castor, "une espèce introduite illégalement en Wallonie, sans étude d’incidence", tandis que les trois autres espèces entraînent aussi des "pertes économiques" (agriculture et pisciculture) et sont "devenues plus communes". Pour la Ligue, les dégâts sont au contraire ponctuels, et les populations régressent ou recolonisent difficilement les territoires perdus.

Hier soir, M. Collin a indiqué que, suite aux propositions, il avait demandé au DNF d’user de toutes les possibilités pour éviter l’euthanasie des castors, mais rappelle "qu’il est de la responsabilité des pouvoirs publics de donner priorité à la sécurité publique chaque fois qu’elle est en jeu".

Le parc Walibi, lui, a fait savoir qu'il s'en remettra à la décision de la DNF. Le sort des castors "et la façon de procéder dépendent entièrement de cet organisme officiel. Walibi ne prend aucune décision en la matière et sa seule responsabilité est d'assurer la sécurité de ses visiteurs", affirme-t-il.


A la base de tout, une réintroduction "sauvage" en Belgique en 1998

Entre 1998 et 2000, le militant environnementaliste belge Olivier Rubbers avait réintroduit 101 castors de Bavière à la frontière belgo-allemande, un lâchage sauvage réalisé contre l'avis du conseil supérieur wallon de la conservation de la nature. S'en suivirent pour Olivier Rubbers des démêlés avec la justice. Depuis, les castors ont proliféré... Le castor avait disparu de notre pays au 19e siècle, exploité pour sa viande et pour la sécrétion qu'il utilise pour marquer son territoire et imperméabiliser son pelage, le castoréum, utilisé en parfumerie. Depuis ces lâchages "illégaux", on a assisté à une dispersion naturelle des jeunes animaux en Wallonie. On peut estimer que la population actuelle en Wallonie se situe entre 600 et 1000 castors répartis en 250 territoires recensés, selon Natagora.