Planète

Le renouvellement de la licence du glyphosate, une substance herbicide controversée dont l'autorisation dans l'Union européenne expire à la fin de l'année, sera soumis à un vote ce mercredi 25 octobre. La Belgique n'a pas encore déterminé la position qu'elle adoptera. L'exécutif européen prévoit de soumettre le dossier aux voix auprès des experts des Etats membres représentés au sein d'un comité technique en charge de ce type de décision.

La Commission a proposé mi-juillet de renouveler la licence du glyphosate pour 10 ans après un avis de l'Agence européenne pour la sécurité des aliments (Efsa), qui a classé l'herbicide comme non cancérigène.

Une majorité qualifiée est nécessaire pour valider ou infirmer cette proposition, soit 16 Etats sur 28, représentants au moins 65% de la population totale de l'UE.

Le sujet avait été évoqué le 5 octobre au sein de ce même comité d'experts, mais sans aller au vote. La Commission avait alors demandé aux Etats membres qui ne s'étaient pas encore prononcés de "donner leur position".

Les 28 sont toujours divisés sur la question. La France, l'Autriche et l'Italie ont en tout cas chacune publiquement déclaré qu'elles refuseraient une autorisation pour 10 ans.

La Belgique, quant à elle, n'a toujours pas déterminé sa position. "Il s'agit d'un dossier important, tant pour les enjeux qu'il soulève en matière de santé publique que pour ce qui a trait à la forte dépendance du secteur agricole. C'est la raison pour laquelle j'attends une série de réponses de la Commission européenne avant d'arrêter une position ferme", expliquait jeudi dernier le ministre de l'Agriculture, Denis Ducarme, à la Chambre.

La dangerosité du glyphosate est au coeur d'une controverse car le Centre international de recherche sur le cancer (OMS) l'a classé "cancérigène probable" en 2015, contrairement aux agences européennes, l'Efsa et l'Echa.

La polémique a encore grandi lorsque des documents internes à Monsanto, la multinationale de la chimie qui commercialise l'herbicide à base de glyphosate le plus répandu, ont montré que l'entreprise avait influencé des études scientifiques pour minimiser les effets de cette substance. Dans des documents internes, l'entreprise aurait par ailleurs fait elle-même le lien entre son très populaire désherbant Roundup et le cancer, selon des articles de presse.

Vendredi dernier, la commission environnement du Parlement européen a adopté une résolution prônant l'interdiction totale du glyphosate en décembre 2020, tout en suggérant d'en limiter progressivement l'utilisation d'ici là. En prenant cette position, les eurodéputés s'opposent très clairement à la Commission européenne.