Ce n'est un secret pour personne, la Terre se situe dans un système solaire qui, lui-même, fait partie d'une galaxie nommée "Voie lactée". Dans l'espace, les galaxies forment ensuite des "amas" et se déplacent en groupes. "Elles constituent de véritables courants spatiaux qui s'écoulent entre de grandes zones de vide", peut-on lire sur MaxiSciences. Laniakea (en hawaïen: horizons célestes immenses) est donc un "supercontinent", formé de plus d'un million de galaxies, dont notre "Voie Lactée".

Laniakea aurait ainsi un diamètre de 500 millions d'années-lumière (une année lumière étant égale à 9 461 milliards de kilomètres). Sa masse serait, elle, 100 millions de milliards de fois plus grande que celle de notre Soleil. De quoi donner le vertige.

Si Laniakea doit encore révéler bon nombre de ses mystères, les scientifiques ont déjà confirmé la présence d'un "Grand Attracteur" qui attirerait vers lui les galaxies, comme "un large vallon où se déverse la matière, un peu comme le point le plus bas d'une large baignoire plate".

Comment ont-ils fait cette découverte?

Pour délimiter les contours de ce gigantesque continent, ces scientifiques ont utilisé des cartes 3D et se sont basés sur la vitesse de 8.000 galaxies différentes. "Dans les cartes 3D de l'Univers, nous pouvons trouver des lieux où les courants de galaxies, qui sont dus aux concentrations de matière, se séparent ou se rassemblent tout comme l'eau le fait de part et d’autre de la ligne de partage des eaux", explique Futura Sciences. Ils ont ensuite relié toutes ces lignes ensemble pour former des grandes surfaces et découvrir ce gigantesque continent. Non seulement il s'agit d'un des projets les plus ambitieux menés dans ce domaine mais, en plus, les résultats, surprenants, révèlent que ce continent extragalactique est en réalité 100 fois plus grand que prévu.

"Ce n'est pas différent de découvrir pour la première fois que votre ville natale est en fait une partie d'un pays bien plus grand, qui borde d'autres nations", conclut R. Brent Tully, astronome à l'Université de Hawaï et principal auteur de la recherche.